VIDEO. Tombeau de Néfertiti : l'Egypte rêve de faire "la plus importante découverte du XXIe siècle"

A ce jour, les archéologues n'ont jamais découvert la momie de cette reine à la beauté légendaire. Un chercheur britannique pourrait changer la donne.

FRANCE 2

L'Egypte va-t-elle bientôt élucider l'un de ses plus grands mystères ? Un chercheur britannique espère prochainement découvrir, dans le tombeau du pharaon Toutankhamon, à Louxor, une chambre secrète où reposerait la momie de la légendaire reine Néfertiti.

"Le tombeau de Toutankhamon au siècle dernier fut la plus grande découverte culturelle en Egypte dans l'histoire de l'Humanité. Si l'on y trouve aujourd'hui autre chose, ce sera la plus importante découverte du XXIe siècle", s'est enthousiasmé, jeudi 1er octobre, le ministre égyptien des Antiquités.

Néfertiti... ou une autre femme ?

Accompagné de l'égyptologue britannique Nicholas Reeves, venu au Caire défendre son audacieuse hypothèse sur la tombe cachée de Néfertiti, le ministre penche plutôt pour la découverte de la momie de Kiya, une épouse secondaire du pharaon Akhenaton, ou celle de sa fille, Mérytaton.

Les deux hommes s'accordent néanmoins sur un point : dans un mois, espèrent-ils, des radars sophistiqués vont sans doute révéler l'existence d'une autre chambre funéraire, au coeur du tombeau de Toutankhamon, dont la mise au jour, le 4 novembre 1922, avait été la "découverte du XXe siècle".

Des portes dissimulées ?

A ce jour, les égyptologues n'ont jamais retrouvé la momie de Néfertiti, reine à la beauté légendaire qui exerça un rôle politique et religieux fondamental au XIVe siècle avant Jésus-Christ. Elle régna au côté de son époux Akhenaton, qui convertit temporairement l'Egypte antique au monothéisme en imposant le culte exclusif du Dieu du soleil, Aton.

De retour de trois jours d'exploration dans la Vallée des Rois, Nicholas Reeves a exposé au Caire son audacieuse théorie, qui fait fureur sur les réseaux sociaux et tient en haleine les amateurs d'égyptologie : des lignes sur les murs de la chambre funéraire de Toutankhamon, visibles seulement grâce à des scanners, démontrent qu'il existe deux portes dissimulées.

Un buste de Néfertiti photographié le 5 décembre 2012 au Neues Museum de Berlin (Allemagne).
Un buste de Néfertiti photographié le 5 décembre 2012 au Neues Museum de Berlin (Allemagne). ( REUTERS)