En Corse, le musée d'Aleria explore les sépultures de nos ancêtres avec l'exposition "Aldila"

Plonger dans l'histoire des rites funéraires antiques, c'est ce que propose le nouveau parcours immersif du musée archéologique corse.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Exposition "Aldila" au musée archéologique d'Aleria (Corse) (Franc3 Corse)

Au musée d'Aleria en Corse, l'exposition Aldila explore l'au-delà dans un parcours autour des sépultures antiques. Des Étrusques aux Romains, tous ces objets retrouvés dans les nécropoles près d'Aleria nous apprennent comment nos ancêtres accompagnaient les défunts dans leur dernier voyage.

Expo Aldila Aléria

La reconstitution de la tombe 90

L'exposition du musée d'Aleria permet de découvrir la reconstitution de la fameuse "Tombe 90" découverte il y a une cinquantaine d'années dans la nécropole étrusque de Casabianda. Les 178 autres sépultures - datées entre le VIe et le IIIe siècle avant notre ère - contiennent aussi des céramiques grecques d'une extrême finesse qui laissent, sans certitude, présager de la présence des Grecs en Corse. "On sait qu'il y a des influences diverses. En l'occurrence dans une même tombe, on a la fois des éléments qui proviennent de Grèce, d'Etrurie (Toscane actuelle), d'Afrique du Nord et du monde punique au sens large", expliquait l'archéologue Jean-Michel Bontempi en 2018. 

Un peu plus loin, une salle est réservée au symposium, un rituel de consommation de vin dont on retrouve une abondante production de céramiques dans les sépultures étrusques. "Les boissons sont servies dans des éléments que l'on retrouve dans les tombes, des victuailles sont également partagées puisque l'on retrouve dans les tombes des grilloirs à viande, ainsi que des coupes qui servaient à déposer des offrandes", détaille Julia Tristani, directrice du musée d'Aleria.

Classée au titre des Monuments historiques, cette nécropole a livré l'un des plus riches ensembles funéraires étrusques connus hors d’Italie. Le remarquable mobilier qui y fut collecté à l’époque (4510 objets dont 345 vases attiques, des équipements militaires de guerriers étrusques, etc.) est partiellement présenté au sein du musée de site d’Aleria. 

Exposition "Aldila" au musée d'Aleria en Corse (France 3 Corse)

Dans la chambre funéraire des Étrusques

La thématique est abordée du point de vue de l’archéologie à travers des dispositifs multimédia. L'enjeu majeur de l'exposition Aldila était aussi de présenter au public les objets découverts en 2019 dans la nécropole de Lamaghjone. Un chantier qui a mis au jour un site antique et une exceptionnelle tombe étrusque en hypogée, chambre funéraire souterraine, généralement destinée à des personnages de haut rang.  Au cours du parcours, le visiteur effectue un voyage immersif au plus près du défunt. 

De la cité des morts à la nécropole puis, vers sa sépulture souterraine, et enfin, vers l’Au-delà, chaque chambre est garnie de vases, fioles ou bijoux découverts lors des successifs chantiers de fouilles archéologiques. "Ces objets nous permettent d'évoquer principalement les attributs féminins d'accompagnement du corps dans sa dernière demeure, notamment les bijoux", explique encore Julia Tristani. La richesse des objets dépend du statut de la famille du mort. Des peintures ornent parfois les murs.

Le musée d'Aleria est ouvert tous les jours, de 10 heures à 17h30. Des visites guidées pour le site archéologique de la ville et les expositions sont possibles sur réservation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Archéologie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.