Des vestiges restaurés d'une église byzantine, inaugurés à Gaza

Les vestiges d'une église du Ve siècle découverts à Gaza ont été restaurés et protégés afin de pouvoir être visités. Le site a été inauguré par les autorités de l'enclave et par son archevêque grec-orthodoxe Mgr Alexios.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les vestiges d'une église byzantine à Jabalia, dans la bande de Gaza (24 janvier 2022) (MAHMUD HAMS / AFP)

Des vestiges d'une église byzantine du Ve siècle ont été dévoilés lundi 24 janvier dans la bande de Gaza, après des travaux de restauration portant notamment sur de larges mosaïques présentées comme "rares" par les autorités de ce territoire palestinien contrôlé par le Hamas islamiste.

Mosaïques représentant des scènes de chasse

Découvert en 1997, le site d'une superficie de 800 m2 est composé de ruines entourées et surmontées d'un bâtiment flambant neuf pour les protéger, à Jabalia, au nord de la ville de Gaza. Les visiteurs peuvent y emprunter des passerelles de bois pour admirer des mosaïques au sol présentées comme rares par le ministère du Tourisme de Gaza. Elles représentent des scènes de chasse, des animaux et des arbres ainsi que des inscriptions en grec ancien.

Le site a été restauré par l'ONG française Première urgence internationale avec l'Ecole biblique et archéologique française, en coopération avec le British Council qui a financé le projet pour un montant de 250 000 dollars, a expliqué Jamal Abou Reda, du ministère du Tourisme et des Antiquités à Gaza.

Une mosaïque qui ornait une église découverte à Jabalia, dans la bande de Gaza (24 janvier 2022) (MAHMUD HAMS / AFP)

Un millier de chrétiens à Gaza

"Une équipe française a travaillé pendant environ quatre ans aux côtés de nombreux experts locaux et de responsables du tourisme et des antiquités pour restaurer et fouiller", a-t-il déclaré à l'AFP. "Les travaux ont été réalisés afin de faire de ce bâtiment un sanctuaire pour les visiteurs locaux et étrangers", a-t-il ajouté.

Le site a été dévoilé le 24 janvier en présence de l'archevêque grec-orthodoxe Alexios de Gaza et de responsables du ministère du Tourisme et des Antiquités du Hamas, mouvement palestinien qui gouverne le territoire depuis 2007. Les vestiges de l'église avaient été endommagés par les frappes aériennes et les passages de chars ces dernières années, dit le British Council sur son site, et il s'agissait de les protéger d'éventuels futurs dégâts avec la création de toits et de murs.

Le nombre de chrétiens dans l'enclave palestinienne, pour la plupart des orthodoxes, est en baisse régulière, beaucoup ayant émigré notamment depuis la prise de pouvoir du Hamas. Selon des responsables chrétiens locaux, ils ne seraient plus qu'un millier, contre plus de 7 000 avant 2007, dans la bande de Gaza, territoire palestinien de deux millions d'habitants sous strict blocus israélien depuis près de 15 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Archéologie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.