Athènes : le projet de rénovation de l'Acropole suscite une controverse

Le gouvernement grec fait face à de nombreuses critiques à la suite de la construction d'une passerelle de béton sur ce site archéologique emblématique, classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des touristes se dirigent vers le site archéologique du Parthénon, sur la colline de l'Acropole à Athènes, où des travaux d'aménagement suscitent une polémique (4 juin 2021) (ARIS MESSINIS / AFP)

Le projet de rénovation de l'Acropole, l'illustre rocher sacré d'Athènes classé au patrimoine mondial de l'Unesco, essuie une salve de critiques, le gouvernement grec étant accusé de détériorer un héritage inestimable. Principale raison de la colère : une nouvelle passerelle en béton dévoilée en décembre 2020, dans le cadre d'une rénovation plus large présentée comme nécessaire pour accueillir des millions de visiteurs chaque année, parmi lesquels des personnes à mobilité réduite.

Un architecte juge la rampe "incongrue" et "étouffante"

L'architecte chevronné Tasos Tanoulas, ancien membre de l'équipe de restauration de l'Acropole, a qualifié cette nouvelle rampe d'"incongrue" et d'"étouffante" pour le monument du Ve siècle avant J.C, tandis que le principal chef de l'opposition, Alexis Tsipras, parlait de "mauvais traitements" infligés au plus réputé site archéologique de Grèce.

Les opposants aux travaux, terminés il y a un peu plus d'un an, estiment qu'ils ont été réalisés sans les soins nécessaires à la sauvegarde du précieux monument. Le gouvernement réplique que toutes les précautions ont été prises et que ces critiques sont alimentées par l'opposition.

En 2019, plus de 3,5 millions de personnes ont visité l'Acropole en 2019, avant la pandémie de coronavirus. Le ministère de la Culture a annoncé cette semaine de nouveaux dispositifs sur l'Acropole pour les visiteurs handicapés, résultats selon lui d'entretiens avec les principales associations concernées. Des panneaux en braille vont être installés pour les visiteurs malvoyants, ainsi que des rambardes et une signalisation pour les accès en pente. Mais les risques demeurent.

Des touristes prennent des photos devant le temple antique du Parthénon, sur la colline de l'Acropole, après des travaux de réaménagement du site, à Athènes, le 4 juin 2021 (ARIS MESSINIS / AFP)

Un plateau "avec des nids-de-poule"

Le jour où l'AFP a visité l'Acropole, une femme a trébuché dans un trou au milieu de la nouvelle passerelle, l'un des nombreux creux conçus à dessein pour donner un aperçu de l'ancienne roche en dessous. Plus loin, un employé balaie rapidement la terre vers un autre creux après le passage d'un groupe de visiteurs. "C'est un plateau avec des nids-de-poule. Les nids-de-poule sont loin d'être sûrs", note la guide touristique Smaragda Touloupa, qui a récemment fait visiter le site à ses parents âgés.

La rénovation de l'Acropole, qui a coûté environ 1,5 milliard d'euros et comprend un éclairage nocturne, la mise en place d'un ascenseur pour handicapés et un meilleur drainage, a été financée par la Fondation privée Onassis. Les travaux, destinés à relancer la fréquentation du site, ont été conduits par des "experts de renommée mondiale", forts de quatre décennies d'expérience, a souligné la ministre de la Culture Lina Mendoni. "Personne ne remet en question leur travail", a noté la ministre. "Nous leur avons confié la restauration des monuments de l'Acropole. Comment peut-on douter d'eux sur un projet" de rampe en béton?, a-t-elle ajouté il y a un mois.

Mais Smaragda Touloupa, auteure d'articles sur la gestion du patrimoine et guide sur l'Acropole depuis 1998, déplore que ce projet d'envergure ait été décidé par un cercle restreint, composé surtout d'archéologues. "C'est une approche complètement technocratique", fustige-t-elle. Même l'Unesco a appris les "interventions" sur l'Acropole par des "tiers", a rapporté à l'AFP Mechtild Rossler, directrice du Centre du patrimoine mondial de l'Unesco. En tant que signataire de la Convention du patrimoine mondial de l'Unesco, la Grèce doit prévenir "avant de prendre toute décision qui serait difficilement réversible", poursuit-elle.

Pour le gouvernement, les travaux sont "mineurs", "réversibles" et surtout nécessaires

Une obligation que la ministre de la Culture conteste dans ce cas précis. Selon Lina Mendoni, il n'y avait pas matière à informer l'Unesco pour des changements "mineurs" et "entièrement réversibles". Des experts de l'Unesco participeront à Athènes à une conférence internationale à l'automne, a précisé la ministre.

Pour les autorités, la rénovation était nécessaire car les chemins autour de l'Acropole, conçus il y a 50 ans et réaménagés pour la dernière fois en 2012, provoquaient des centaines d'accidents chaque année.

Le chef de projet, Manolis Korres, un architecte respecté, impliqué dans les travaux depuis 1975, a assuré que le béton repose sur une membrane protectrice qui peut être retirée rapidement si nécessaire. Un pavage solide était en outre indispensable pour permettre aux lourdes machines de déplacer des dalles de plusieurs tonnes.

Un autre site menacé par le chantier d'un métro

Des critiques visent également un projet de déplacement d'une voie de l'époque byzantine trouvée lors de la construction d'un nouveau métro à Thessalonique, la deuxième ville de Grèce. Le mois dernier, des dizaines d'experts ont dénoncé une décision qui "met en péril la préservation d'importants vestiges" du passé antique et byzantin de la ville.

La route du 6e siècle avant JC "est l'une des découvertes les plus spectaculaires de cette période dans le monde", ont-ils assuré dans une tribune. Le métro, dont la construction, d'un coût d'1,5 milliard d'euros, a débuté en 2003, devrait être opérationnel en 2023.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Archéologie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.