Archéologie : sur les traces de l'homme de Néandertal au Rozel, un site de fouilles unique au monde

Publié
Archéologie : sur les traces de l'homme de Néandertal au Rozel, un site de fouilles unique au monde
Article rédigé par
T. Paga, G. Sabin, P. Bouvier, images aériennes : Olivier Morin - France 2
France Télévisions

Depuis 2012, plus de 2 000 empreintes de pas et de mains remontant à l'homme de Néandertal ont été relevées sur le site du Rozel, dans la Manche. Étudiants et bénévoles se relaient afin d'effectuer les fouilles. 

Niché au creux d'une falaise au bout du Cotentin, le Rozel est un site de fouilles archéologiques unique au monde. On y trouve des ossements et des silex, mais surtout des traces de pas figées dans le sable depuis 100 000 ans. Le campement est celui d'un lointain concurrent de l'homo-sapiens : l'homme de Néandertal. À part son front fuyant et son aspect massif, on sait peu de chose sur notre prédécesseur. Le site du Rozel est donc une mine d'informations. 

Un site unique au monde par son ampleur

Si les traces ont survécu, c'est grâce à des éléments métalliques, qui ont durci le sol au Néolithique. "La différence, c'est que le sable de la plage actuelle ne comporte pas, justement, ces oxydes de fer manganèse, qui vont donner une texture et une structure aux sédiments", explique Dominique Cliquet, conservateur en chef du patrimoine de la DRAC Normandie. Aux cotés des bénévoles passionnés, une quinzaine d'étudiants en archéologique se relaient tous les 15 jours. Un travail de patience, qui consiste à creuser la dune avec des outils d'artiste peintre. 

Avant d'être prélevées, les empreintes sont géolocalisées. Elles sont ensuite dessinées, photographiées et couvertes d'un enduit. À partir de ces traces, les chercheurs peuvent déduire la pointure moyenne de l'homme préhistorique : du 42. Ils obtiennent également des informations sur ses habitudes, ou son organisation sociale. Au total, les fouilles ont permis de découvrir 2 300 empreintes au Rozel, soit 95% de celles retrouvées dans le monde entier. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.