Vieilles Charrues : rap et électro, les nouveaux sons du festival

Booba, Vald, Lomepal, Gringe... Les rappeurs ont les honneurs de cette 28e édition des Vieilles Charrues. Un son urbain qui attire les fans du genre. 

Vald aux Vieilles Charrues, le 18 juillet 2019
Vald aux Vieilles Charrues, le 18 juillet 2019 (LOIC VENANCE / AFP)

C'est l'un des jeunes rappeurs les plus prometteurs, doué et décalé et de la scène rap française. Valentin Le Du, alias Vald a conquis le public des Vieilles Charrues avec un concert à son image. "Il est dans son monde, très perché et j'aime bien" explique une spectatrice. Un peu plus loin, un autre fan rajoute "Lui il a tout compris. Il fait des musiques pour tout le monde, c'est trop bien, ça ambiance, il y a du rythme, c'est tout ce que l'on veut". Le rappeur de 27 ans a réussi son coup pour son premier passage en terres bretonnes. 

Rap et électro à l'honneur

Booba, la star du rap français, était également présent pour la première fois. Les inconditionnels étaient ravis. Les autres se sont laissés prendre au jeu de ces sonorités très urbaines. Le festival, qui a toujours revendiqué une programmation très éclectique et transgénérationnelle, a frappé fort pour conquérir un nouveau public. Cet été, le rap et l'électro représentent la moitié des concerts. Un style qui a laissé certains festivaliers un peu perplexes, mais qui a ravi les plus jeunes, et pas seulement. 

Di#se, la nouvelle pépite bretonne

Le rappeur quimpérois de 17 ans, Di#se a profité de cette édition très urbaine pour se lancer dans la cour des grands, avec un concert qui a marqué le public. Son professionnalisme et son énergie en ont déjà fait le chouchou des festivaliers et l'une des révélations de cette édition. Le jeune breton est très ému et fier de cette première expérience. Il sortira son premier album cet automne.