Zaho de Sagazan triomphe, Aya Nakamura et le rap français enfin récompensés... Voici ce qu'il faut retenir de la 39e édition des Victoires de la musique

Grande favorite avec cinq nominations, Zaho de Sagazan a remporté quatre trophées. Souvent oubliés au palmarès, le rap et le R&B ont rattrapé le temps avec les succès symboliques de la chanteuse Aya Nakamura et du rappeur Gazo.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min
L'artiste féminine Zaho de Sagazan lors de la cérémonie des Victoires de la musique, à la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le 9 février 2024. (BERTRAND GUAY / AFP)

C'était sa soirée. Nommée dans cinq catégories, Zaho de Sagazan, 24 ans, a été la reine de la 39e édition des Victoires de la musique puisqu'elle repart de la Seine Musicale avec quatre trophées dans les bras. La cérémonie, qui se tenait à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) vendredi 9 février, a aussi sacré le rap et le R&B francophones, genres souvent oubliés les années précédentes. Plusieurs rappeurs, courant musical devenu le plus écouté en France, ont été récompensés, alors qu'Aya Nakamura, artiste francophone la plus écoutée dans le monde et figure incontournable du R&B, a été désignée artiste féminine de l'année. Franceinfo vous résume ce qu'il faut retenir de cette cérémonie.

Carton presque total pour Zaho de Sagazan

Zaho de Sagazan a fait parler la foudre en s'adjugeant quatre trophées sur cinq nominations : révélation féminine de l'année, révélation scène de l'année, album et chanson originale de l'année pour Les Symphonies des éclairs. Très émue lors de son premier trophée, elle a assuré qu'elle était "très sensible". "J'ai découvert la musique et je me suis rendu compte qu'en pleurant sur mon piano, ça me faisait un bien fou, ça faisait de mal à personne et surtout ça faisait de jolies chansons. Ce que je pensais être mon plus grand défaut était en fait ma plus grande qualité", a-t-elle déclaré.

En revenant ensuite à trois reprises sur la scène, les mots ont presque failli lui manquer. "Mais qui pirate le truc ? C'est ma mère derrière tout ça ?", a plaisanté sur scène la native de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), surmontant l'émotion de ce quadruplé.

"Je ne réalise pas du tout. J'aime ces quatre Victoires. Celle que je préfère, c'est quand même la chanson de l'année."

Zaho de Sagazan, artiste

en conférence de presse

Elle a rendu hommage en recevant son quatrième trophée de la soirée, celui de la révélation féminine, "à tous les gens qui essaient de faire du bien". "Il y a les soignants qui se battent tous les jours, les pompiers, les instituteurs. Ils n'ont pas de Victoires, eh bien je vous la donne", a-t-elle déclaré.

Aya Nakamura enfin sacrée

C'est l'histoire d'un oubli enfin réparé. Aya Nakamura, chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde depuis Djadja, qui cumule 950 millions de vues sur YouTube, a remporté le titre de l'artiste féminine. Depuis son avènement en 2017, notamment avec le titre Comportement, puis l'explosion sur la scène nationale et internationale l'année suivante avec l'album Nakamura, la chanteuse de 28 ans n'avait remporté, jusqu'ici, qu'un titre de l'artiste la plus streamée, récompense aujourd'hui disparue. Les Flammes, une cérémonie dédiée au rap et ses genres dérivés, en avaient en revanche fait leur artiste féminine de l'année, dès la première édition en 2023.

L'an dernier, Aya Nakamura a sorti son quatrième album DNK, confortant son statut de star internationale, qui peut livrer un show interactif à la fin 2022 dans le jeu vidéo Fortnite, performance réservée aux mégastars mondiales. Absente de la cérémonie, elle n'était pas sur scène pour récupérer son trophée. Il lui sera remis "en mains propres très bientôt", ont assuré les animateurs Léa Salamé et Cyril Féraud.

Le rap se fait une place au palmarès

Les Victoires étaient attendues sur ce terrain et la cérémonie a accordé une place importante au rap et à ses genres dérivés. Généralement snobé, même si Orelsan compte 12 Victoires, le rap a vécu une belle soirée et a pu oublier des années passées dans l'ombre. "C'est déjà une victoire d'être ici, donc c'est une deuxième Victoire", a savouré Gazo au moment de recevoir le trophée de l'artiste masculin de l'année, partagé avec Vianney. Il s'agit de son premier prix pour l'artiste de 29 ans. Le troisième pour Vianney, 32 ans, qui a salué "la Victoire du partage".

Comme un symbole, la première Victoire de la soirée, celle du clip, avait été remise à la rappeuse belge Shay, pour la vidéo de Commando, réalisée par Guillaume Doubet. Damso, autre rappeur belge, a lui remporté la Victoire du concert de l'année avec son "QALF Tour". L'artiste avait notamment réussi à remplir quatre Accor Hotel Arena d'affilée. Enfin, Yamê, au croisement rap-r&b-chanson, a été désigné révélation masculine. Sa performance et son entrée sur (une) Bécane auront été l'un des moments forts de la soirée. "Je voudrais remercier ma famille, (...) on est tellement nombreux, ça a commencé comme une petite histoire de famille et on en est là, je suis trop fier de mon équipe et de nous", a assuré l'artiste de 30 ans dont le nom signifie "le verbe" dans la langue Mbo'.

Bernard Lavilliers honoré

Bernard Lavilliers, 77 ans, a été récompensé d'une Victoire d'honneur. Déjà vainqueur d'une Victoire de la musique en 2011 pour son album Causes perdues et musiques tropicales, l'auteur d'On the road again a été honoré par un medley réalisé par Terrenoire, Catherine Ringer, Olivia Ruiz, Jeanne Cherhal et Faada Freddy, qui ont repris ses classiques. L'actrice Sandrine Bonnaire lui a remis la récompense. Ému, l'artiste a peu parlé, parce qu'"[il] préfère chanter". "Il y a trois sortes de gens : les morts, les vivants et ceux qui sont en mer. Pour l'instant, je suis en mer", a-t-il avancé, les larmes aux yeux.

Le palmarès complet de la 39e édition

Artiste féminine de l'année : Aya Nakamura

Artiste masculin de l'année : Gazo et Vianney, ex æquo

Révélation féminine de l'année : Zaho de Sagazan

Révélation masculine de l'année : Yamê

Album de l'année : Les Symphonies des éclairs, de Zaho de Sagazan

Chanson originale de l'année : La Symphonie des éclairs, de Zaho de Sagazan

Révélation scène de l'année : Zaho de Sagazan

Concert de l'année : "QALF Tour", de Damso

Création audiovisuelle de l'année : Commando, de Shay

Victoire d'honneur : Bernard Lavilliers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.