Un Mercury Prize surprise pour le groupe de rock Wolf Alice

Le groupe de rock Wolf Alice a déjoué les pronostics jeudi soir, en remportant le prestigieux Mercury Prize britannique pour son deuxième album "Visions of a Life", devant des poids lourds comme Arctic Monkeys ou Noel Gallagher.

Joff Oddie, Ellie Rowsell, Theo Ellis et Joel Amey de Wolf Alice reçoivent le Mercury Prize à Londres (20 septembre 2018)
Joff Oddie, Ellie Rowsell, Theo Ellis et Joel Amey de Wolf Alice reçoivent le Mercury Prize à Londres (20 septembre 2018) (Tolga Akmen / AFP)
"Cela représente tellement" pour le groupe, s'est émue au micro, stupéfaite, Ellie Rowsell ,la chanteuse de Wolf Alice âgée de 26 ans, en recevant le Mercury Prize. Il s'accompagne d'une récompense de 25.000 livres (28.000 euros) et donne généralement un coup de fouet aux ventes de l'album distingué. Aucun groupe de rock ne l'avait remporté depuis six ans.
 
Deux artistes étaient cette année donnés favoris : l'auteure-compositrice-interprète Nadine Shah, avec son album "Holiday Destination", qui chante la fierté d'être d'origine immigrée, et le groupe de jazz Sons of Kemet.
 
Créé en 1992, le Mercury Prize récompense le meilleur album par un artiste britannique ou irlandais. Dans le palmarès passé on retrouve notamment PJ Harvey, Alt-J, Portishead, Arctic Monkeys, The xx ou encore Franz Ferdinand.
 
En 2017, le prix avait récompensé Sampha, sensation de la soul britannique, qui l'avait emporté face à des artistes bien plus célèbres comme Ed Sheeran ou The xx.


Wolf Alice déjà nominé en 2015 pour son premier album

Originaire du nord de Londres et fondé en 2010 par Ellie Rowsell et le guitariste Joff Oddie, Wolf Alice était au départ un duo folk, avant de devenir un quatuor de rockers. Le groupe avait déjà été nominé une première fois au Mercury Prize en 2015 pour son premier album, "My Love Is Cool". Mais il avait été coiffé au poteau par le chanteur Benjamin Clementine.
 
Salué par la critique, son nouvel opus s'est classé numéro deux en Grande-Bretagne lors de sa sortie en septembre.
Regardez le concert de Wolf Alice au Main Square Festival 2018
 
La cérémonie, qui se déroulait au Hammersmith Apollo, célèbre salle de concert de Londres, s'est ouverte par une puissante performance de Florence + The Machine sur "Hunger", le deuxième titre de l'album "High as Hope". Sons of Kemet a ensuite grisé la foule avec le jazz électrisant et politique de son album anti-monarchie "Your Queen is a Reptile".

Nadine Shah fait pleurer le public

Vêtue de noir et intense, Nadine Shah a elle interprété la chanson "Out the Way", terminant, tout comme le public, au bord des larmes. Fille d'un immigré venu du Pakistan, la chanteuse met à profit son expérience personnelle pour explorer des thèmes comme la xénophobie et l'immigration, et clôt l'un de ses titres avec des cris de ralliement enregistrés lors d'une manifestation pour les réfugiés.
 
"Je voulais être très directe et je voulais que les gens soient conscients du contexte de l'album", avait-elle expliqué à la BBC avant la cérémonie.
 
Egalement nominés, les Arctic Monkeys ont défendu "Tranquility Base Hotel & Casino", sixième album studio salué par la critique pour son aspect novateur.
 
De retour sur le devant de la scène, Lily Allen a elle entonné l'émouvant titre "Apples", issu de son album "No Shame".

Noel Gallagher repart bredouille

Noel Gallagher, l'ancien guitariste-compositeur d'Oasis, un des groupes phares de la britpop des années 1990, était nominé pour son troisième album "Who Built the Moon?" avec sa formation "Noel Gallagher's High Flying Birds", mais est reparti les mains vides.
 
Parmi les 12 artistes nominés figuraient aussi d'autres espoirs de la scène britannique : la révélation soul Jorja Smith, pour son premier opus "Lost & Found", et le chanteur King Krule, un autre favori, pour "The Ooz", un album déroutant mêlant de nombreuses influences punk, rock ou hip-hop.