The Limiñanas : ils ont fait 2018, qu'attendent-ils de 2019 ?

Nous avons demandé à certains de nos musiciens préférés l'an dernier de revenir brièvement sur 2018 et de se projeter sur 2019. The Limiñanas, le couple rock occitan que le monde nous envie et dont on a tant aimé le dernier album "Shadow people" et la compilation de reprises et raretés "I've got trouble in mind Vol 2", sont les premiers à répondre à notre questionnaire. Un pur délice !

Lionel et Marie Limiñana du groupe de rock garage The Limiñanas.
Lionel et Marie Limiñana du groupe de rock garage The Limiñanas. (Raymond Roig/ AFP)

Des souvenirs avec Peter Zaremba, Bertrand Belin et Jean Meyrand

Quel est votre meilleur souvenir de 2018 ?

C’est compliqué, l’année a été pleine de surprises et de bons moments. Il y a eu le concert au Trianon qui était important pour nous et qu’on a adoré pour des tas de raisons. Le flip intense, le public et une grosse fête ensuite avec les camarades de Because, les retrouvailles avec des tas d’amis qui avaient participé à "Shadow people". Dernièrement on a pu jouer avec Peter Zaremba (du groupe The Fleshtones NDLR) sur scène à Perpignan pour conclure la tournée et là aussi c’était une situation incroyable. Se retrouver avec l’un de nos héros d’adolescence à jouer le "Gloria" des Them. C’était surréaliste.


Quel a été votre gros coup de cœur musical l'an passé ? Pourquoi ?

L’année dernière on a écouté principalement JC satan, Can et l’album de Bertrand Belin qui va sortir le 25 Janvier, "Persona". Le disque de Bertrand est vraiment mortel et unique comme à chaque fois. Bertrand nous a aussi donné trois textes pour l’album de L’epée (nouveau projet, voir plus bas NDLR). Il me tarde de vous les faire écouter.


Quelle est la chanson que vous avez le plus chanté ou fredonné hors scène, seul ou avec vos proches l'an passé ? (citez quelques paroles de la chanson) 

Il s’agit d’une chanson du célèbre chanteur contestataire "Jean Meyrand" (personnage récurrent de l'émission parodique Les Nuls dans les années 80, incarné par le très regretté Bruno Carette, partenaire d'Alain Chabat, Chantal Lauby et Dominique Farrugia NDLR), chanson qui renvoie un drôle d’écho vu la situation sociale de ces dernières semaines. Je l’ai chanté dans le van, dans le tour bus, sous la douche, dans les loges au grand damn de mes camarades. On parle donc du fameux "68, c’était hier pour toi aussi"

68, c’était hier pour toi aussi…..
On mangeait du riz Cantonais
Quand ils ont chargé
Les flics!
Dans les rizières de Saigon
Ya le nuoc mam qui sent la m….
Bats toi, petit d’homme
Bats toi….

Méditez là-dessus les gars.
 

Lionel et Marie Limiñana de The Limiñanas, chez eux à Cabestany, en janvier 2018.
Lionel et Marie Limiñana de The Limiñanas, chez eux à Cabestany, en janvier 2018. (Raymond Roig/ AFP)

"Manger des moules à l'escabèche avec nos amis Laurent Garnier, Iggy Pop et Warren Elis"

Votre résolution (ou objectif) numéro un pour 2019 ?

Enregistrer un nouvel album. Perdre 15 kilos, arrêter de manger des choses frites tout le temps, privilégier le légume vert. Moins de vin, pas de bière, plus de sport, moins de porc. Essayer de sourire un minimum. Ne plus jamais aller dans une biocoop. Arrêter de râler tout le temps. Couvrir ma femme de cadeaux.


Faites un vœu (même utopique, genre baguette magique) pour 2019 ? 

Apres quinze jours de studio avec nos amis Laurent Garnier, Iggy pop et Warren Elis. Nous buvons un bon verre de vin en mangeant des moules à l’escabèche à une terrasse d’un bar typique des petites rues de Séville. C’est mon tour et je me lève pour recommander quelque chose, et là Iggy me dit "laisse tomber, c’est la mienne". Je me rasseois. Arrive Bertrand Belin qui nous dit "alors les gars, ça avance?"

"L'epée", le nouveau projet musical de Marie et Lionel avec Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner

Ce qui vous excite le plus dans vos projets des mois à venir et pourquoi ?

L’idée de recommencer a zéro et de produire d’autres disques. Comme dans le bouquin "Alvin le faiseur" d’Orson Scott Card. On a pas mal de choses sur le feu, c’est à la fois flippant et excitant. On a toujours fonctionné comme cela. On arrive rarement à tout faire mais on essaie. Là on devrait commencer à jouer avec "L’epée" qui est un nouveau groupe monté avec Anton (Newcombe, leader du groupe rock psychédélique The Brian Jonestown Massacre, avec lequel The Limiñanas ont enregistré leur dernier album NDLR), Emmanuelle Seigner, Marie et moi. Ça c’est très excitant. On commence tout juste à répéter les titres et je crois que ça va être vraiment chouette. Il y a un maxi 45t en route et un album qui est au mixage à Berlin. On vient aussi de finir notre première B.O de film. Le film s’appelle "Le bel été", et est réalisé par Pierre Creton. On ne l’a pas encore vu et on est très impatients.


Question subsidiaire : Y a-t-il un groupe ou un artiste (tous champs artistiques) encore méconnu que vous voudriez nous faire découvrir ? 

Oui, il s’agit de Foulque de Boixo. Foulque est la personne étrange qui danse avec nous sur scène mais c’est surtout un artiste peintre extrêmement talentueux. Ses influences sont les mêmes que les nôtres mais appliquées à l’image. Il travaille beaucoup au pochoir mais c’est aussi un excellent dessinateur. En plus d’être un danseur incroyable il est un peintre brillant. Par contre son sens de l’humour est un peu limité. C’est là que le bas laisse. Nous l’aimons quand même beaucoup.

The Limiñanas sont en tournée européenne. Avant la Grande-Bretagne, l'Irlande, les Pays-Bas et l'Italie, ils seront en concert le 26 janvier à Metz, le 31 janvier à Nancy, le 1er février à Etterbeek (Belgique). Puis le 15 mars à Arles, le 21 mars à Chatelaine-geneve (Suisse), le 22 mars à Zurich (Suisse) et le 23 mars à Klein-Basel (Suisse).