Rencontre au Havre avec Little Bob, le rockeur infatigable qui sort un nouvel album à 75 ans

C’est le plus célèbre des rockeurs havrais. Dans les années 1970, il a fait bouillonner la scène anglaise. Little Bob, 45 ans de carrière, signe un 18e album.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Little Bob sort son 18e album avec les Blues Bastards  (DYLAN MEIFFRET / MAXPPP)

Little Bob a l’âge où l’on est en droit de passer une retraite tranquille. Mais pour ce papy rockeur, la musique et la scène, "c’est toute sa vie". Son prochain album doit sortir au début de l’année 2021. Nous l’avons rencontré chez lui, au Havre, entouré de ses musiciens.

portrait Little Bob

"Je suis Roberto Piazza, alias Little Bob, rockeur depuis que je suis né". Enfin presque. Ce fils d’immigré italien, arrivé en France à 13 ans, a fondé des groupes dès l’âge de 16 ans. "A partir du moment où je suis arrivé au Havre, j’ai eu le blues parce que c’était tout gris, tout nuageux". Alors, comme antidote contre le mal du pays, Roberto Piazza fait du rock avec son premier groupe Les Apaches. Puis, il crée, en 1971, Little Bob Story. Le groupe qui lui apportera une reconnaissance au Royaume-Uni avec l’explosion de la vague punk. "En quatre ans, on a fait 350 concerts en Grande-Bretagne mais il a fallu affronter un public qui ne nous connaissait pas. Dès le départ, ç'a été la bagarre pour se faire accepter", se souvient Roberto Piazza. En 1989, le groupe se sépare. Roberto Piazza continue sa carrière et appelle son nouveau groupe Little Bob. En 2012, il le renomme les Blues Bastards.

Ce 18e album, enregistré à Rouen, comporte 13 titres, dont quatre reprises. Avec les Blues Bastards, Roberto Piazza s’était, ces dernières années, tourné vers le blues. Aujourd’hui, il revient à ses premières amours, le rock. Un rock à fleur de peau avec notamment ce titre dédié à son épouse décédée en 2019. "Made for me, c’est une chanson qui raconte que ma femme a été faite pour moi quand je suis arrivé en France", raconte, ému, Roberto Piazza. Myriam, qui a partagé sa vie pendant 32 ans, a laissé un grand vide dans le cœur du rockeur. "Au départ, quand ma Mimie est décédée, ma première idée a été d’arrêter la chanson. J’étais tellement triste et mal que j’avais peur de ne pas avoir le courage de chanter devant les gens. Et en fait, je me suis finalement dit que Mimie n’aurait pas voulu ça".

Aujourd’hui, Little Bob a retrouvé une certaine joie de vivre. "C’est la musique qui me donne la force", dit-il. Tout ce qu’il espère maintenant, "c’est enfin remonter sur scène"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.