Mort de Phil Spector : "Il avait une vision de la musique pop absolument sublime dans sa tête", explique Philippe Manœuvre

Le producteur est derrière des succès planétaires comme "Let It Be" des Beatles. Phil Spector est mort samedi en prison en Californie, où il purgeait sa peine pour le meurtre de la comédienne Lana Clarkson.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le producteur de musique Phil Spector lors de son procès pour le meurtre par balle de l'actrice Lana Clarkson, le 17 février 2004 à Alhambra en Californie. (POOL / POOL / AFP)

Le très influent producteur de musique Phil Spector est décédé samedi 16 janvier de "mort naturelle" à l'âge de 81 ans. "Il avait une vision de la musique pop absolument sublime dans sa tête", a déclaré dimanche 17 janvier sur franceinfo Philippe Manœuvre, spécialiste du rock. Il est derrière des succès comme Let It be des Beatles, ou River deep, moutain high de Tina Turner. Phil Spector est mort en prison où il purgeait sa peine pour le meurtre de la comédienne Lana Clarkson en 2003.

franceinfo : Il est l'inventeur du mur du son. Qu'est-ce que c'est exactement ?

Philippe Manœuvre : Il avait une vision de la musique pop absolument sublime dans sa tête. Il voyait ça comme du Wagner. Quand on écoute River deep, moutain high, c'est frappant, il y a des creux, des pleins, des grandes montées. Il avait rassemblé un ensemble de musiciens absolument fabuleux venus du jazz, qu'on appelait les The Wrecking Crew, il y avait Docteur John au piano, Leon Russell. Pour avoir le son qu'il voulait il faisait jouer ensemble jusqu'à 25 musiciens avec deux batteurs. C'est comme ça qu'il obtenait son mur du son.

Était-il populaire dans le monde de la musique ?

Ce qui était frappant c'est que quand il est nabab de la pop, il a 23 ans. Il a déjà 20 numéros 1 derrière lui. Ce petit génie va gravement indisposer les disc-jockeys américains à force d'arrogance, ils vont le boycotter quand il sort en 1966 son chef d'œuvre "River deep, moutain high" avec Tina Turner. Après il disparaît, on ne sait pas ce qu'il fait, et il réapparait en 1969 dans le film Easy rider où il joue le trafiquant de cocaïne. C'est un clin d'œil à ce qui était devenu sa passion. Ensuite, il va être récupéré par les Beatles. Lennon disait qu'il avait la touche magique.

Est-ce son goût pour les armes qui l'a perdu ?

Dans ses mémoires, le bassiste des Ramones raconte que Spector leur fait écouter un vieux tube et qu'alors qu'ils en ont marre, il sort un revolver et leur dit qu'ils vont écouter jusqu'au bout. Il aime les armes à feu, il en a toujours avec lui. En studio avec Lennon, il va tirer au revolver. Cette prédisposition pour les drogues et les armes à feu va trouver sa conclusion en 2003 avec cette tragédie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.