"London Calling" : l'hymne punk de The Clash a 40 ans

En 1979 le groupe The Clash sort "London Calling" : un album dont la chanson-titre est un appel à la révolte des laissés-pour-compte dans une Angleterre qui a vu le rock devenir punk dans la foulée des tensions sociales. Quarante ans après, l'hymne punk "London Calling" fait partie de la légende du rock.

Joe Strummer (au micro) et Mick Jones (en lévitation) de The Clash sur scène dans les années 80.
Joe Strummer (au micro) et Mick Jones (en lévitation) de The Clash sur scène dans les années 80. (Larry Hulst/Michael Ochs Archives/Getty Images)
"London calling", l'hymne punk de Clash nous ramène dans l'Angleterre de la fin des années 70 en proie à une crise sociale d'ampleur. L'arrivée au pouvoir d'une certaine Margaret Thatcher le 4 mai 1979 cristallise encore un peu plus le mécontentement à l'heure de l'entrée du pays dans le Marché Commun.

Punk, la musique de la colère

Les Beatles sont séparés depuis moins de dix ans et cette époque semble désormais bien lointaine. La situation économique et sociale a fait surgir la musique punk, la musique du désespoir et de la colère portée par des groupes comme les Sex Pistols.

"Le mouvement punk arrive. C'est un grand coup de pied dans la fourmilière. On ne sait pas bien jouer mais on a une énergie... On va vous montrer. On est là pour défoncer la porte et c'est ce que l'on va faire.

Alain Lahana
Producteur de festivals

Reportage L. Hakim, J-M. Mier, L. Harper, S. Segela, G. Hervieu, D. Fuchs

Appel à la résistance

Et puis un jour surgit sur les ondes "London Calling". Un appel à la résistance qui ramène les Anglais quarante ans en arrière quand ils écoutairent Radio Londres. Un appel signé The Clash, un groupe punk né en 1976 dans la banlieue londonienne de Ladbroke Grove sous l'impulsion du duo Joe Strummer et Mick Jones, tous deux à la guitare et au chant.

"London calling to the faraway towns
Now war is declared, and battle come down
London calling to the underworld
Come out of the cupboard, you boys and girls
London calling, now don't look to us.


Le premier couplet est sans équivoque :

"L'appel de Londres aux villes lointaines
Maintenant la guerre est déclarée et que la bataille approche
L'appel de Londres au monde souterrain
Sortez du placard, vous tous garcons et filles

Les icônes en prennent un coup 

"Phoney Beatlemania has bitten the dust "

 "Toute cette Beatlemania bidon a mordu la poussière "

Le regard sur le monde est désabusé, sans illusions :

The ice age is coming, the sun's zooming in
Engines stop running, the wheat is growing thin
A nuclear error, but I have no fear
'Cause London is drowning, and I live by the river
 

L'âge de glace arrive, le soleil se rapproche de plus en plus
Les machines s'arrêtent, les récoltes de céréales sont maigres
Une erreur nucléaire, mais je n'ai pas peur
Car Londres est en train se noyer et je vis près de la Tamise


"London Calling" est en fait le titre de leur troisième album, un double qu'ils ont tenu à vendre au prix d'un simple. Sa pochette reprend la police de caractères du premier album d'Elvis Presley qui paraît bien sage, loin de la colère de Paul Simmonon fracassant sa basse.

"Ils se permettent de dire : on vient de là mais on le réinterprète et on a le droit de faire ce qu'on veut. C'est une manière de dire on vous emmerde !

Manuel Rabasse
Auteur de "Anarchy in the UK" (éd. Camion Blanc)

 

The Clash a gravé dans le marbre de la légende du rock un hymne punk qui a secoué le monde au delà de l'Angleterre. Le magazine Rolling Stone l'a classé 8e parmi les 500 plus grands albums de tous les temps.

Avant leur séparation en 1986 Joe Strummer et ses amis nous livreront encore deux monuments, "Should I stay or Should I Go?' et "Rock The Casbah".