Cet article date de plus d'un an.

Disparition de Christophe : Il "a épuisé tous les programmateurs de synthé de France et de Navarre", évoque Boris Bergman, l'un de ses paroliers

"Quand vous lui rajoutiez une note, il n'était pas content", se souvient Boris Bergman qui a également écrit pour Alain Bashung. "Pour moi, il est un des derniers d'une certaine génération".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le chanteur Christophe est mort dans la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 avril, à l'âge de 74 ans, des suites d'un emphysème, une maladie pulmonaire.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Le chanteur Christophe est mort dans la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 avril, à l'âge de 74 ans, des suites d'un emphysème, une maladie pulmonaire. L'interprète d' "Aline", "Les Mots Bleus" ou encore "Les paradis perdus" avait été hospitalisé le 26 mars dans un hôpital parisien, avant d'être transféré à Brest. Boris Bergman, l'un des paroliers du chanteur, avec "Ange sale", a dit, vendredi sur franceinfo, perdre "un ami", très exigeant. "Il a épuisé tous les programmateurs de synthé de France et de Navarre", a-t-il commenté.

"C'est vrai que, pour moi, il est un des derniers d'une certaine génération. Depuis le début de l'année, on dirait que le 'vieux' là-haut arrache une page", a confié Boris Bergman. "J'ai eu de très bons moments d'amitié, des très bons moments de bout de chemin avec lui, mais je ne sais pas si c'était un ami ou pas."

Un précurseur qui a influencé Bashung

Boris Bergman souligne un artiste exigeant. "Il était très maniaque. La découpe de Christophe était très, très particulière parce qu'il avait très peu de notes, alors en anglais, on peut s'en sortir très bien, et quand vous lui rajoutiez une note, il n'était pas content, se souvient l'auteur. Il était très précis dans les découpes. Il a épuisé tous les programmateurs de synthé de France et de Navarre et même d'ailleurs, il faisait et refaisait, et son producteur devenait quelquefois fou."

Le parolier avait notamment travaillé avec le chanteur sur l'album Samouraï, sixième album studio de Christophe. "L'album Samouraï aura été un peu l'album, pour moi, qui a été le précurseur de tout ce que j'ai pu faire avec un autre collaborateur qui n'est plus là non plus, Alain Bashung, explique Boris Bergman. D'ailleurs, il y avait vraiment une correspondance entre les deux, d'abord, ils se connaissaient et s'appréciaient. Et puis, c'est vrai que pour moi, la meilleure prestation d'une chanson de Bashung, cela reste Christophe dans Alcaline."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.