"C'en est assez !" : Eric Clapton sort un clip surprise dans lequel il se dit las du Covid-19, du confinement et des vaccins

Très critique du confinement et de la gestion de la crise sanitaire, le guitar hero a sorti vendredi soir un nouveau morceau accompagné d'un clip animé dans lequel il exprime ouvertement sa colère.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le guitariste britannique Eric Clapton sur scène au Royal Albert Hall de Londres (Angleterre), le 2 décembre 2019. (JEFF SPICER/BFC / GETTY IMAGES EUROPE)

"Cela doit cesser, ç'en est assez, je ne peux plus supporter ces conneries", chante le guitariste anglais de légende, visiblement en colère : la pandémie, le confinement et le vaccin, Eric Clapton n'en peut plus et le fait savoir dans une nouvelle chanson, This Has Gotta To Stop, accompagnée d'un clip animé. 

"Je savais que quelque chose ne tournait pas rond / Quand tu as commencé à faire la loi / Je ne peux pas bouger mes mains / Je suis en nage / J'ai envie de pleurer / Je n'en peux plus", chante le guitar hero âgé de 76 ans sur un morceau blues. Il fait sans doute référence aux effets secondaires "désastreuxqu'il disait avoir subis en début d'année après avoir reçu ses deux doses du vaccin AstraZeneca - "Mes mains et mes pieds étaient soit gelés soit engourdis ou brûlants et à peu près inutilisables pendant deux semaines", avait-il témoigné.

Il dénonçait alors (au mois de mai) "la propagande" sur la sûreté du vaccin. Ce à quoi les autorités sanitaires lui avaient répondu que 56 millions de doses du vaccin avaient été administrées au Royaume-Uni, sauvant des milliers de vies, et que les effets secondaires étaient une réponse immunitaire normale au vaccin. 



Dans le clip animé de This Has Gotta Stop, on voit des politiciens s'adressant à la foule, des manifestants brandissant des pancartes "liberté" et des citoyens transformés en marionnettes. Mais on y voit aussi des images d'un monde en proie aux flammes en référence à la catastrophe climatique évoquée aussi dans la chanson - "Je pense à mes enfants / A ce qui leur est laissé et à ce qui se profile."

Fin 2020, Clapton avait déjà sorti un morceau critique du confinement avec Van Morrison, Stand and Deliver, dont les bénéfices étaient allés à une association d'aide aux musiciens contraints au chômage technique en raison de la crise sanitaire. "Nous devons trouver un moyen de sortir de cette pagaille", avait alors déclaré le guitar hero, "la musique pourrait ne jamais s'en remettre".

En juillet, Eric Clapton, qui doit mener courant septembre une petite tournée américaine a assuré qu'il refuserait de se produire sur les scènes où "le public serait discriminé", c'est à dire dans les salles où un pass sanitaire serait exigé.

A noter qu'en 2016, Eric Clapton, connu pour ses excès passés (alcool, drogues), avait annoncé souffrir d'une lésion du système nerveux (une neuropathie périphérique) affectant son jeu de guitare. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rock

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.