Rock en Seine : après l'annulation d'Oasis, Madness sauve la première soirée

Appelés à la rescousse après l'annulation de dernière minute du concert d'Oasis, les vétérans du ska ont enflammé la grande scène du festival francilien et ont réjoui les 30.000 spectateurs de Rock en Seine, qui ont vite oublié leur déception.

(Radio France © France Info)

Une heure avant le concert prévu d'Oasis, Graham McPherson alias Suggs, leader de Madness, croise un Liam Gallagher furieux "backstage". Le chanteur d'Oasis vient de se disputer avec son frère Noel, une pratique courante chez les frères Gallagher... "Liam est un grand artiste... Il s'assagira un jour" confie Suggs, qui évoque ses trente ans de carrière. Il ne sait pas encore que les deux frères en sont venus aux mains, qu'une guitare Gretsch a été fracassée dans les loges et qu'Oasis est sur le point d'imploser. Il ne sait pas encore non plus qu'il va devoir remplacer au pied levé le groupe mancunien capricieux sur la grande scène de Rock en Seine. La même scène que les frères Gallagher ont exigé de ne partager avec personne ce soir là. Pas même avec Madness.

22h à Saint-Cloud. Quelque 30.0000 personnes se pressent sur la pelouse quand, en lieu et places des frères Gallagher, l'un des organisateurs vient expliquer sur scène que le concert d'Oasis est annulé, à la suite d'une "altercation entre les membres du groupe" . Les sifflets et huées fusent, la déception est totale. Et Rock en Seine a soudain un air de "déjà vu" : l'an dernier, une autre tête d'affiche, Amy Winehouse, avait déjà annulé sa prestation à la dernière minute. Et comme l'an dernier, on appelle à la rescousse qui voudra bien monter sur scène...

Madness répond présent. Après avoir proposé un concert très honnête à 19h sur la scène de la cascade, les quinquagénaires se lâchent totalement. C'est la revanche des vieux briscards sur les jeunes enfants gâtés du rock. Le groupe revisite tous ses standards ska et le public bondit dans tous les sens, tous âges confondus...

Suite de la programmation aujourd'hui: les festivaliers croisent les doigts pour qu'aucune annulation ne vienne perturber les réjouissances... Comme, ils l'avaient fait l'année dernière, les organisateurs vont mettre en place un dédommagement pour les spectateurs de la première journée, qui affichait complet.

Anne Jocteur Monrozier