Cet article date de plus de huit ans.

Rap : une chanson inspirée du film "La marche" fait polémique

Charlie Hebdo a fait part de son "effarement" en découvrant la violence des paroles d'une chanson - qui ne fait pas partie de la BO du film, mais a bénéficié d'extraits sonores du film. "Je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo", entend-on au septième couplet.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (La BO du film © Capture d'écran)

Finalement, la chanson incriminée ne fera pas partie de la BO officielle du film. N'empêche, le mal est fait : Charlie Hebdo s'est chargé de faire à l'album une publicité d'enfer. L'hebdomadaire reproche à une chanson la violence de ses paroles. "La chanson 'Marche' reprend les propos que tient habituellement l'extrême droite musulmane lorsqu'elle évoque notre journal" , explique le directeur de Charlie, Charb.

Qu'entend-on dans cette chanson ? Au septième couplet, après s'en être pris à Serge Dassault, le rappeur Nekfeu chante : "D't'façon y'a pas plus ringard que le raciste / Ces théoristes veulent faire taire l'islam / Quel est le vrai danger : le terrorisme ou le taylorisme? / Les miens se lèvent tôt, j'ai vu mes potos taffer / Je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo" .

La chanson est en fait un projet parallèle monté par le rappeur Kore et le producteur du film, à l'occasion des 30 ans de la marche antiraciste de 1983, qui est le sujet du long métrage. 13 rappeurs renommés, dont Akhenaton, Disiz, Koo Shen et Nekfeu, y ont participé. 

Charb condamné à mort par Al-Qaïda

Pas si grave ? Pas sûr... Selon le communiqué de Charlie Hebdo, "S'il leur manque un couplet, nous précisons aux auteurs de la chanson que le journal numérique Inspire, édité par Al-Qaïda, a condamné à mort Charb en mars dernier. Nous avons l'habitude de ces appels à la haine, de nous faire traiter de chiens d'infidèles."

Le producteur du film, Hugo Sélignac, se défend ainsi : "J'ai apporté mon soutien à cette chanson qui n'a jamais été prévue pour la BO du film. J'ai prêté des éléments sonores du film qui ont été intégrés à la chanson et j'ai donné mon accord pour que la typographie de la pochette et de l'affiche du film soit la même. Je n'avais pas à valider les paroles. Je suis pour la liberté d'expression de tous, celle des rapperus comme celle de Charlie Hebdo."

Même son de cloche pour le producteur de la chanson, Kore, qui défend "la liberté d'expression" des rappeurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.