Quatre mètres carrés par festivalier cet été : "On est dans un délire", dénonce un producteur de musique

Le protocole sanitaire annoncé par Roselyne Bachelot pour les concerts debout, à partir du 1er juillet, est, selon Jules Frutos, incompatible avec l'esprit d'un festival.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le public du festival Rock en Seine lors du concert du groupe electro-danse Major Lazer, à Saint Cloud (Hauts-de-Seine), le 24 août 2019. (AFP)

"Une certaine colère", voilà ce que ressent Jules Frutos, producteur et membre du bureau du Syndicat national du spectacle musical et de variété (Prodiss) après l'annonce de la ministre de la Culture jeudi 6 mai. Roselyne Bachelot a confirmé confirmé que les festivals debout pourront se tenir dès le 1er juillet, mais avec une jauge de 4 m² par festivalier.

>>> Festivals debout en plein air autorisés : il est "trop tard" pour augmenter la jauge des Vieilles Charrues, réagit le directeur.

"On est dans un délire", lâche-t-il sur franceinfo. "Un festival, qu'est-ce que c'est ? Est-ce qu'avec 4 mètres carrés par festivalier, il y a vraiment une rencontre entre un public et un artiste ?", interroge le producteur.

"Est-ce que la magie fonctionne quand on est à quatre mètres les uns des autres ?"

Jules Frutos, producteur de musique

à franceinfo

Jules Frutos a également dénoncé une "confusion" après les annonces de la ministre : "Le spectacle debout ne peut pas exister avec les paramètres qu'on nous dicte et qui va se retrouver en festival". Selon lui, la reprise "ne va pas pouvoir se faire."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.