Solidays annulé : "Ce festival c'est 70% des ressources de Solidarité Sida", assure son fondateur, qui lance un appel aux dons

L'édition 2019 avait "dégagé près de 3,2 millions d'euros de résultats", a rappelé Luc Barruet.

Des festivaliers lancent de la poudre colorée lors de la 21e édition des Solidays, le 23 juin 2019.
Des festivaliers lancent de la poudre colorée lors de la 21e édition des Solidays, le 23 juin 2019. (AFP)

Le festival des Solidays, qui a été annulé en 2020 en raison de la crise du coronavirus, permet habituellement de financer plus d'une centaine de programmes de lutte contre le sida dans le monde, a rappelé mercredi 10 juin sur franceinfo Luc Barruet, directeur-fondateur de l'association. Il lance un appel aux dons pour trouver un million d'euros, sans quoi ces programmes "ne pourront pas être financés" à travers le monde. Le festival des Solidays était initialement programmé du 19 au 21 juin à Paris.

franceinfo : Solidarité Sida est mis à mal par cette annulation ?

Luc Barruet : Ce festival représente 70% des ressources de Solidarité Sida. Donc quand on organise une belle édition, comme c'était le cas l'année dernière, on dégage près de 3,2 millions d'euros de résultats. Ces résultats ont servi à financer près de 108 programmes dans 22 pays. Donc quand il y a une année qui est annulée, comme c'est le cas cette année, il nous faut trouver cet argent, parce que sinon ça veut dire des compressions au niveau de la structure et beaucoup de programmes qui ne pourront pas être financés.

Qu'est-ce qui est menacé concrètement comme programme d'aide ?

On accompagne des associations, notamment en Afrique, dans tout le soutien psychosocial, dans l'accès aux antirétroviraux, dans l'aide à l'observance. On finance une association dans le Sud-Kivu [en République démocratique du Congo], qui est la seule à prendre en charge et à faire des dépistages à 300 kilomètres à la ronde. Par exemple cette association qui a très peu de moyens, peut-être qu'aujourd'hui on ne sera pas en mesure de la financer. Donc bien évidemment qu'on va se battre pour trouver des solutions. Heureusement, certaines ont déjà été trouvées depuis l'annulation mi-avril, puisque des partenaires privés et publics du festival se sont déjà mobilisés. Ils ont maintenu leur contribution financière, mais ça ne suffit pas.

Vous lancez donc un appel aux dons...

C'est une première pour Solidarité Sida. On n'a jamais fait appel à la générosité à l'association. Mais la situation l'impose (…) Tous les gens qui considèrent que ce festival, l'action de Solidarité Sida, tout notre engagement vis-à-vis de la jeunesse mérite d'être soutenu, ils ont plusieurs manières de le faire. Ils peuvent faire un don sur le site Solidays.com. Ou pour les détenteurs de billets, ils peuvent encore décider de ne pas se faire rembourser leur billet. C'est des choses concrètes et on espère que, même si la période du mois de juin n'est pas très propice à la levée de fonds, surtout après l'épidémie de Covid-19, les gens seront encore nombreux à répondre à notre appel (…) Il y a déjà plus de 10% des gens qui nous ont donné leurs billets.

Est-ce que vous allez demander une aide exceptionnelle à l'État ?

Je considère que le gouvernement a déjà fait de gros efforts pour soutenir Solidarité Sida et les autres festivals, et de manière générale la culture et l'associatif aussi. Donc il faut considérer que l'aide a déjà été forte et c'est à nous de trouver d'autres solutions.