INTERVIEW. Six questions à la pétillante chanteuse Adé, qui sort vendredi son premier album folk, “Et Alors ?”

L'ancienne chanteuse du groupe Thérapie Taxi, Adé, sort demain son premier album, "Et Alors ?". Entre musiques country, folk et pop, la jeune artiste garde sa folie et son énergie mais y ajoute de la douceur et une instrumentalisation très américaine.

Article rédigé par
Jérémie Laurent-Kaysen - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
La chanteuse Adé aux Etats-Unis, en 2022.  (FANNY LATOUR)

Une veste à franges sur les épaules, une paire de santiags aux pieds et un chapeau de cow-boy vissé sur la tête… Sur ses réseaux sociaux, Adé - ancienne chanteuse du groupe de pop française Thérapie Taxi - dévoile un nouvel univers qui s’éloigne des strass, paillettes et chaînes en or qui ont marqué le début de sa carrière musicale. Elle sort demain son premier album solo, Et Alors ?. Pour cet envol, elle s’est tournée vers des sonorités populaires de l’autre côté de l’Atlantique : la folk et la country. Partagé en avril dernier, son single Tout Savoir a déjà fait un carton : programmé tout l’été sur des dizaines de radio, il a aussi fait plus de 2,5 millions de vues sur YouTube.

La chanteuse Adé aux Etats-Unis, en 2022.  (FANNY LATOUR)

Mais impossible de parler de la jeune chanteuse sans évoquer son ancien groupe dont le succès a été aussi fulgurant que bref. Après deux tournées à guichet fermé, Thérapie Taxi s’est séparé en octobre 2021, laissant derrière lui un album d’adieu, intitulé Rupture 2 Merde. Des titres comme Hit Sale, Candide Crush ou encore Été 90, avec leurs airs entraînants et leurs paroles crues, avaient pourtant conquis des fans, toujours plus nombreux, album après album. Depuis cette séparation, les deux chanteurs du groupe - Raphaël Zaoui et Adé - n’ont pas perdu de temps pour se lancer dans une nouvelle aventure en solitaire. Le 17 juin, le premier a sorti son EP, Mauvais Démonet a annoncé une tournée dans toute la France. De son côté, Adé s’est fait entendre dans le dernier album de Benjamin Biolay, avec qui elle a chanté en duo dans le morceau Parc Fermé. Elle a également participé à la composition de plusieurs morceaux, dont certains pour Nolwenn Leroy, dans son disque La Cavale, sorti en novembre 2021.

Adé, qui a plus d’un talent dans son sac, dévoile à présent son propre album, constitué de treize chansons qu'elle a écrites et composées. Dans ce disque, on retrouve, bien sûr, la voix fluette et cristalline de la chanteuse, qui a tant participé à la gloire de Thérapie Taxi. Au son des guitares et des banjos, Adé propose des morceaux hybrides, à la fois pop et folk, à la fois doux et dansant. Les paroles sont entêtantes, le propos est direct. Une première création prometteuse pour cette jeune artiste qui bouillonne d’idées. Nous lui avons posé quelques questions.

Franceinfo : avez-vous toujours eu envie de faire un album solo, même avant de rejoindre le groupe Thérapie Taxi ?
Adé : Je n’y avais pas trop réfléchi, en vérité. Tout s’est un peu enchaîné. Avec le groupe, on a eu la chance que nos musiques rencontrent rapidement du succès. Quand j’ai commencé les concerts, je n’avais même pas encore fini ma licence… Donc, je ne change pas de rythme, j’avance pas à pas. Quand le groupe s’est terminé, je n’avais aucune chanson en stock. C’était l’occasion parfaite pour me poser deux secondes et me demander "Qu’est-ce que j’ai envie de faire maintenant ? C’est quoi ma musique ?"

Et justement, c’est quoi votre musique ? De quoi parle ce premier album ?
Cet album est un état d’esprit, résumé par son titre : Et Alors ?. C’est une phrase que je dis souvent et qui me permet d’avancer. Pour moi les chansons sont comme des personnages. Certains sont plein d’assurance et se disent "Et alors ? Qu’est-ce qui peut nous arriver ? On y va !". D’autres, à l’inverse, ont besoin de motivation, ont besoin de ce "Et alors ?". Les morceaux discutent les uns avec les autres. Dans le titre Side By Side, c’est l’histoire d’une jeune fille bloquée dans une relation amoureuse compliquée, avec un copain pas ouf… Dès l’intro du disque, les paroles lui répondent : "A quoi ça sert de l’embrasser encore ? Si tu ne veux plus, perds pas ton temps". Tout est comme ça dans cet album.

Et c’est un travail de plus d’un an et demi. Il y a des chansons impulsives, écrites sur le vif d’un événement mais aussi plusieurs qui ont été composées après, avec plus de recul. Mon rêve de carrière, c’est une construction sur la durée. Je ne veux pas du tout faire Bercy dans deux ans ! Je veux vraiment prendre mon temps.

Votre style est très folk, voire country. Pourquoi ce choix peu commun et très américain surtout quand on sort d’un groupe de pop française ?
Quand je me suis posée pour me demander ce que j’allais faire après le groupe, je me suis rapidement rendu compte que ce qui me touchait le plus c’était la musique folk et ses instruments bien américains. Mais Thérapie Taxi m’a apportée un élan pop et une énergie sur scène que je n’avais pas envie de perdre. Je ne voulais pas du tout faire un album où tout le monde resterait assis pendant le concert… J’ai cherché un entre-deux.

Cet album est un bon début et ce n’est qu’un début. Si par la suite, j’ai envie de faire quelque chose d’un peu plus rock, il me suffit juste de brancher les guitares qu’on utilise déjà dans cet album (rires). Faire un projet 100% acoustique, faire du jazz… J’ai plein d’idées et d’envies ! Mais j’avance à mon rythme. Le seul truc que je ne ferai jamais, c’est du rap. Je n’en ai pas du tout les compétences.

Par contre, c’est très important pour moi d’écrire mes textes en français. Je ne peux pas le concevoir différemment. Si je chante en anglais, ce sera pour un duo. En vérité, ce qui me plaît surtout dans la musique country, ce sont ses instruments. On ne les connaît pas en France ! Et on a une vision de la country très stéréotypée, on s’en moque presque. Alors qu’aux USA, ce n’est pas du tout une blague, c’est un marché musical équivalent à celui de la pop. Ce ne sont pas seulement des mecs déguisés en cow-boy avec des éperons aux bottes (rires).

Quels sont les artistes qui vous ont inspirés pour cet album ?
Sans surprise, des artistes américains. Je me suis surtout intéressée aux chanteurs qui avaient osé des projets un peu hybrides comme Angus & Julia Stone. Ils font de la pop et de la folk en même temps, exactement ce que je voulais faire. La chanteuse Lord m'a aussi beaucoup influencée, surtout avec ses premiers albums et son côté "peur de rien". Elle tente des effets de voix, des ambiances et observe ce que ça donne sans se formater. Mais j’ai également des inspirations très folk comme Joni Mitchell, Neil Young ou encore Johnny Cash.

Pour faire cet album, vous êtes partie avec votre équipe faire un roadtrip aux Etats-Unis… Ce voyage était-il obligatoire ?
Carrément. J'ai composé toutes mes chansons dans ma chambre, pendant cette longue période de couvre-feu et de confinements. Je tenais un gros carnet où je collais, dessinais et écrivais tout ce que je souhaitais pour ce premier album. J’avais même déjà imaginé les clips, le merchandising… et le roadtrip aux Etats-Unis. Quand je me suis sentie prête, je suis allée voir plusieurs labels avec mes quinze chansons et mes envies. Et ça a fonctionné.

Je n’étais jamais allée aux Etats-Unis alors que les musiques américaines sont les principales inspirations de mon album. Ça ne pouvait pas le faire. Je voulais que ce disque raconte une histoire, qu’il soit comme un carnet de voyage. On voulait aussi des banjos et des instruments très country, plus difficiles à trouver en France. Donc j’ai dit à mon équipe "Autant aller les chercher directement à Nashville !". Tout le monde était emballé par l’idée et c’était un voyage absolument incroyable.

Je voulais que ce disque plaise au public, qu’il découvre mon univers et ma personnalité, mais aussi qu’il me crée plein de souvenirs. Pari réussi, il est vraiment proche de ce que j’ai dans le cœur.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ADÉ (@adechabb)

Avec le groupe Thérapie Taxi, vous avez participé à des concerts enflammés, débordants d’énergie. Votre partenaire sur scène, Raphaël Zaoui, aimait faire le show. Vous, en revanche, vous étiez plus discrète. Comment appréhendez-vous d’être seule sur scène ?
Ce que j’aime le plus au monde, c’est être sur scène. Tout ce que je fais depuis des mois - la création de l’album, sa promotion - c’est pour préparer ce moment-là face au public. C’est le dernier maillon de la chaîne parce qu’il permet de savoir si les gens ont vraiment aimé le disque ou non.

Thérapie Taxi était un groupe, un message, une énergie portée par Raphaël. C’est lui qui a quasiment écrit toutes les chansons. Dès nos premiers concerts, il savait mettre l’ambiance, faire danser le public. Je suis plus timide. Pour le groupe, je jouais aussi un personnage sur scène, en lien avec les paroles de nos chansons. J’adore faire ça ! Avoir un alter ego scénique donne de la force. Il va falloir que j’en trouve un nouveau à la chanteuse Adé.

Maintenant que je suis seule sur scène, je vais devoir écouter le message de mon propre album : "Et alors ? Qu’est-ce que tu as à perdre ? Allez, on y va !". Si je suis mal à l’aise les premières fois, je le dirai. Je ne veux pas faire semblant, apprendre un texte à la lettre près. Je veux rester moi-même.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pop

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.