Huit ans après sa création à Genève, l’opéra "Siegfried, nocturne" d’Olivier Py et Michael Jarrel renaît à Nantes

Créé en 2013 à Genève pour un festival célébrant les 200 ans de la naissance de Wagner et jamais remonté depuis, l’opéra écrit par Olivier Py et mis en musique par le compositeur suisse Michael Jarrel ouvre ce dimanche la saison d’Angers Nantes Opéra et de l’Orchestre national des Pays de la Loire. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 Siegfried, nocturne d'Olivier Py et Michael Jarrel, sur la scène du Théâtre Graslin à Nantes. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3 / David JOUILLAT)

Après avoir revisité le théâtre wagnérien par ses mises en scène, le dramaturge Olivier Py donne la parole à l’un de ses héros les plus emblématiques en un monodrame au texte puissant, mis en musique par Michael Jarrel. C’est lui en 2013, avec le directeur d’un festival entièrement consacré à Wagner pour célébrer le bicentenaire de sa naissance, qui avait pour l’événement commandé ce texte à Olivier Py. Créé à Genève, Siegfried, nocturne n’avait pas été remonté depuis.

Huit ans après, Nantes Angers Opéra et l’Orchestre national des Pays de la Loire ont choisi cet opéra pour lancer leur nouvelle saison. Et ils ont surtout demandé à Olivier Py d’en assurer à son tour la mise en scène : "On retrouve exactement la construction d’un opéra, avec une part de ballet, avec un chœur et avec un personnage central, qui est un baryton (Otto Katzameier-NDLR), ce qui est assez surprenant, en général c’est un ténor qui joue le rôle de Siegfried. Mais c’est un Siegfried épuisé parce qu’il a traversé et donc il est aussi descendu dans sa tessiture."     

 

Sombre et puissant

"Où sommes-nous et quel est donc ce personnage hagard qui émerge des ruines de ce qui fut une grande ville, aujourd’hui détruite et déchue ? L’homme qui chante, se souvient, s’angoisse et se lamente, c’est Siegfried, le suprême héros wagnérien, pleurant son destin mais surtout celui de son pays, de sa culture, de son peuple", écrit dans sa note de présentation le directeur d’Angers Nantes Opéra, Alain Surrans.

Dans son texte, Olivier Py, qui reconnait être obsédé depuis des dizaines d'années par ces questions qui ont à voir avec l’Allemagne nazie et le rapport de l’Allemagne nazie à la culture, s’interroge sur la naissance d’un régime fasciste : "Comment le nationalisme s’invente, comment la haine prend la place de tous les autres discours ? Je pense qu’on a raison de se poser la question, de se la poser aujourd’hui quand le nationalisme et le populisme sont en train de prendre en Europe une part tout à fait inquiétante."

Siegfried, nocturne d'Olivier Py et Michael Jarrel

Dimanche 17 octobre à 16h, mardi 19 et jeudi 21 à 20h – Théâtre Graslin, 1 place Graslin 44000 Nantes.

Mardi 9 novembre à 20h – Grand Théâtre, 1 place du Ralliement 49100 Angers.

Renseignements et réservation sur le site Angers Nantes Opéra.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Opéra

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.