Grèves dans la culture : de nouvelles annulations à l'Opéra de Paris et à la Comédie française

En raison d'un mouvement de grève des personnels, les spectacles prévus à l'Opéra Bastille, à l'Opéra Garnier et à la Comédie Française (site Richelieu) sont à nouveau annulés ce lundi. Ces institutions, concernées par la réforme des retraites, accusent des pertes sèches en billetterie.

Une danseuse du Ballet de l\'Opéra de Paris danse au Musée d\'Orsay (Paris) pour l\'exposition \"Degas à l\'Opéra\", le 9 octobre 2019.
Une danseuse du Ballet de l'Opéra de Paris danse au Musée d'Orsay (Paris) pour l'exposition "Degas à l'Opéra", le 9 octobre 2019. (MARTIN BUREAU / AFP)

Depuis le début de la grève contre la réforme des retraites le 5 décembre, 45 spectacles d'opéra et de ballets ont été annulés à l'Opéra de Paris (Bastille et Garnier). A la Comédie-Française, c'est une vingtaine de spectacles qui n'ont pas eu lieu.

A l'affiche lundi soir 23 décembre, le spectacle Le Prince Igor à l'Opéra Bastille et le ballet Le Parc à l'Opéra Garnier, ont été à nouveau annulés. A la Comédie-Française, Electre/Oreste, programmé lundi soir sur le site Richelieu, a également été annulé.

Deux institutions concernées par la réforme des retraites

L'Opéra et la Comédie-Française sont les seules institutions culturelles concernées par la réforme des retraites. Datant de 1698, sous Louis XIV, le régime spécial de l'Opéra est un des plus anciens de France.

Fait inédit, plus d'une centaine de danseurs du Ballet de l'Opéra de Paris ont défilé dans les rues le 5 décembre. Une fois leur caisse spéciale (financée à moitié par l'Etat) supprimée, les danseurs craignent de voir disparaître leur pension alors qu'ils sont mis à la retraite à 42 ans.

"La plupart des danseurs de l'Opéra font des écoles de danse, ils commencent à 5 ou 6 ans jusqu'à 42 ans. Et ils partent avec une demi-pension." Avec ce nouveau régime de retraite, "nous serons carrément défavorisés", a affirmé Jean-Charles Monciero, délégué syndical Force Ouvrière, à franceinfo mi-décembre.

Depuis le 5 décembre, l'Opéra de Paris dit avoir perdu près de 8 millions d'euros de recettes de billetterie. A la Comédie-Française, on parle d'une perte de 20.000 euros par représentation annulée, soit 400 000 euros de pertes au total depuis le début du mouvement.

Incertitude sur les spectacles des prochains jours

"Compte tenu du droit des salariés à se déclarer grévistes jusqu'à l'heure du spectacle, l'Opéra n'a pas été en mesure d'informer plus tôt les spectateurs, ce dont il tient également à s'excuser", peut-on lire sur le site internet de l'Opéra Bastille, qui indique les modalités d'échange de billet pour un autre spectacle de la saison ou le remboursement. Il est également précisé que "le bon déroulement des représentations des 23 et 24 décembre pourrait être remis en cause", les spectateurs étant invités "à consulter régulièrement le site internet."

Sur le site de la Comédie Française, qui indique aussi les modalités de remboursement, on précise que seul le site Richelieu est concerné par la grève ce lundi, les représentations prévues au Théâtre du Vieux-Colombier et au Studio-Théâtre étant maintenues.

Les grévistes prévoient un concert-ballet improvisé de Noël

Par ailleurs, réuni en assemblée générale lundi, le personnel de l'Opéra en grève depuis 15 jours contre la réforme des retraites a voté en faveur de la tenue d'un petit concert-ballet improvisé mardi 24 décembre.

L
’Orchestre Symphonique de l’Opéra organise un concert sauvage sur le parvis de l’Opéra Garnier. Les musiciens seront accompagnés par 40 danseurs du Corps de Balet de l’Opéra.