Musique : Elbow, l'Angleterre lumineuse

Ce n'est certes pas le groupe anglais le plus populaire en France, et pourtant. Actif depuis plus de 20 ans, les Mancuniens de Elbow sortent vendredi un septième album lumineux. "Little Fictions", quelque part entre Peter Gabriel et Radiohead mais avec une patte bien singulière, est un disque par moments complètement enchanteur.

Les quatre membres d\'Elbow conjuguent le temps qui passe à leur manière
Les quatre membres d'Elbow conjuguent le temps qui passe à leur manière (Andy Whitton)

Un album signé Elbow, c'est depuis 20 ans la promesse de montagnes russes mélodiques, où cordes et piano se croisent allègrement. La pop que fabrique le groupe issu de Bury, à un jet de pierre de Manchester, est aussi lumineuse que les rues de leur enfance étaient grises.

Ce septième album, Little Fictions, est donc en toute logique un assortiment de dix titres tous différents, mais tous unis par la science de la mélodie du groupe, et la belle voix ourlée d'un chanteur, Guy Garvey, toujours à la manoeuvre. La nouveauté est venue de la contrainte, finalement : le départ surprise du batteur avant même l'enregistrement, obligeant ses ex-camarades à recourir à des boucles rythmiques, pour un résultat hypnotisant.

Cette musique ne s'écoute pas comme ça, en passant. On y découvre de nouvelles strates à chaque écoute, loin du prêt à consommer que proposent d'autres groupes anglais, bien plus connus chez nous malheureusement.

Elbow, discrète Angleterre tout en mélodies
--'--
--'--

Elbow, Little Fictions (Concord Records). Album disponible.