Turquie : Helin Bölek, chanteuse engagée en grève de la faim, est morte

Membre du groupe de musique révolutionnaire Grup Yorum, la jeune femme de 28 ans dénonçait la répression dont sa formation fait l'objet en Turquie. Elle s'est éteinte vendredi après 288 jours de jeûne de protestation.

Le cercueil recouvert de fleurs de la chanteuse Helin Bölek, morte des suites d\'une grève de la faim, est porté dans les rues d\'Istanbul, le 3 avril 2020
Le cercueil recouvert de fleurs de la chanteuse Helin Bölek, morte des suites d'une grève de la faim, est porté dans les rues d'Istanbul, le 3 avril 2020 (AP / SIPA)

Helin Bölek était l'une des chanteuses du groupe de musique révolutionnaire turc Grup Yorum. Depuis 288 jours, elle observait une grève de la faim en signe de protestation contre la répression dont son collectif est victime. Elle est morte vendredi. Elle avait 28 ans.

Un autre membre de Grup Yorum, le bassiste Ibrahim Gökçek, est également en grève de la faim. Libéré pour raisons de santé, placé en résidence surveillée à Istanbul, il s'est lancé comme elle dans un "jeûne de la mort". En février, cité par Politis, le musicien expliquait les raisons de cette action qui mettait leur vie en péril : "Prendre cette décision n’a pas été si difficile au vu de ce que nous vivons chaque jour. Nos instruments et notre musique sont systématiquement détruits. Nos concerts interdits. Nos noms inscrits sur des listes terroristes, et nous sommes emprisonnés (...) Parfois, en Turquie, il faut être prêt à mourir pour se tenir débout."

La nouvelle de la mort d'Helin Bölek a été annoncée par le groupe sur les réseaux sociaux. "Helin Bölek, qui était en grève de la faim depuis 288 jours, est tombée en martyre", a écrit le collectif sur sa page Facebook.

Arrestations récurrentes, concerts interdits

Grup Yorum est connu pour ses œuvres mêlant musique traditionnelle et reprise de chants révolutionnaires. Ses membres sont régulièrement arrêtés et ses concerts interdits. Le groupe a été fondé en 1985 par quatre étudiants en réaction au coup d’État militaire de 1980, avec pour objectif de mettre sa musique au service des "peuples opprimés de Turquie et d’ailleurs", relate le site Politis. Mais la junte militaire s'est employée alors à brimer brutalement la gauche turque. Depuis sa création, quelque 70 musiciens y ont défilé et 23 albums ont été enregistrés.

Une vidéo du collectif dans son effectif de 1996 :

Kalan Müzik
La formation musicale Grup Yorum est accusée par le pouvoir turc d'être proche d'une organisation marxiste-léniniste radicale, le DHKP-C, un groupe qui a commis plusieurs attentats. Elle est qualifiée de "terroriste" par le régime d'Ankara et ses alliés occidentaux, Union européenne et États-Unis. Des accusations que les musiciens rejettent et jugent "sans fondement".

Helin Bölek s'était lancée dans un "jeûne de la mort" pour demander, entre autres, la libération de sept membres incarcérés, le retrait de mandats d'arrêt pour d'autres musiciens et la levée de l'interdiction des concerts du groupe. Elle avait elle-même été arrêtée en 2016, puis libérée deux ans plus tard.