Après Les Yeux noirs, Eric Slabiak renouvelle les musiques des Balkans avec son nouveau groupe Josef Josef

Le virtuose du violon est irrésistible avec sa nouvelle formation électrifiée, au Théâtre Michel à Paris jusqu’au 27 décembre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le groupe Josef Josef : Eric Slabiak (violon), Frank Anastaio (guitare/chant), Dario Ivkovic (accordéon), Nicolas Grupp (batterie), Jérôme Arrighi (basse) sur scène. (WILFRID FEDIDA)

Quintet violon, accordéon guitare, basse, batterie, Josef Josef, dont le premier album est dans les bacs (Buda Musique), allie compositions traditionnelles yiddish, tziganes, et originales, avec des notes électriques. La nouvelle formation d’Eric Slabiak, après Les Yeux noirs, fait décoller le public tous les lundis jusqu’au 27 décembre au Théâtre Michel, à Paris.

Danse et mélancolie

Frank Anastaio (guitare/chant), Dario Ivkovic (accordéon), Nicolas Grupp (batterie), Jérôme Arrighi ou Noé Russeil (basse) installés, l’entrée sur scène d’Eric Slabiak soulève l’audience, heureuse de retrouver le leader des Yeux noirs, à la tête de son nouveau groupe. Et c’est parti pour une heure trente d’un tourbillon de notes et de rythmes irrésistibles : impossible de ne pas bouger sur son siège. Les jambes, les épaules, la tête s’emballent, la banane vous prend sans jamais quitter les lèvres. Que du bonheur. 

Si ce n’est pas la danse qui vous démange, c’est la nostalgie ou la mélancolie des accords qui étreignent. Eric Slabiak ne manque pas de donner le sens de ses chansons en yiddish, roumain ou hongrois, porté par un sens inné de la communication avec le public et la joie de partager. Le courant passe, la salle fusionne, le sol vibre, et la musique enveloppe.

Jazz klezmer

On se laisse porter par l'accord mais aussi la complicité visible entre les interprètes, heureux de partager sur scène, en symbiose avec le public. Le dialogue est palpable entre les musiciens, mais aussi entre ces airs venus du fond des âges et une orchestration plus contemporaine. Le violon et l’accordéon s’allient à la guitare électrique, parfois aux accents de clarinette, et à la basse et la batterie jazzy, au rythme et tonalités de la musique klezmer.

Avec Josef Josef, Eric Slabiak donne une couleur plus contemporaine aux Yeux noir, mais n’en dénature pas pour autant les sources. Pas de "vulgarisation" dans une telle démarche, mais une actualisation naturelle sur des accords magiques qui emportent jusqu’aux derniers rappels et au bout de la nuit.

Josef Josef
Les 6, 13, 20 et 27 décembre à 20h30
Théâtre Michel
38 Rue des Mathurins, 75008 Paris
Tél : 01 42 65 35 02

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique du Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.