Cet article date de plus de quatre ans.

Mort de Prince : le Kid de Minneapolis, était un géant de la pop

Prince était un compositeur et producteur prolifique, un guitariste virtuose, et un performer hors norme. Anti-conformiste et excentrique, il s'est imposé comme un géant de la pop, capable de vendre 100 millions d'album tout en restant aux marges de la musique d'avant-garde.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Prince en concert, dans les années "Purple Rain" © MaxPPP)

Prince Rogers Nelson, 57 ans, musicien, chanteur, interprète, danseur, est mort dans son studio de Paisley Park, à Chanhassen (Minnesotta). Il a traversé les années 70 à 90, avec des albums comme Purple Rain, 1999, Dirty Mind, Sign O' the Times, Controversy, Lovesexy ,  ou encore Diamonds and Pearls. Son entrée au Rock and Roll Hall of Fame, en 2004, et ses sept Grammy Awards consacrent une créativité hors norme.

Né le 7 juin 1958 à Minneapolis (Minnesota), Prince Rogers Nelson est le fils d'un pianiste de jazz et d'une chanteuse de jazz. La légende raconte qu'il compose au pinao son premier morceau à l'âge de 7 ans.

Ses tubes ont électrisé le monde entier, mêlant riffs de guitare et rythmes funk. Le Kid de Minneapolis, 1,60 m, a bâti sa légende sur scène, ses concerts le sacrant aussi bien en héritier de James Brown qu'en rival de Michael Jackson. Androgyne et provocateur, il impose son mélange jazz, funk et disco  C'est l'album Purple Rain , en 1984, qui l'impose au grand public et l'installe en tête des ventes.

Après le succès mondial de Purple Rain, en 1984, Prince multiplie les projets et les tubes (Raspberry Beret, Kiss, Cream...). Il est capable de signer la bande originale consensuelle de Batman (1989) et d'enchaîner avec un Black Album confidentiel, destiné à ses fans et sorti sous le manteau, qui deviendra un des disques les plus piratés de l'histoire.

Dans les années 90, Prince se brouille avec sa maison de disque et tente de retrouver sa liberté contractuelle. C'est la période où il change son nom pour un imprononçable symbole ("Love Symbol"), où il exige qu'on l'appelle "l'artiste autrefois connu sous le nom de Prince", où il inscrit le mot "esclave" sur sa joue pour dénoncer le contrat qui le lie à Warner.

Sur son dernier album, HITnRUN:Phase Two  sorti en décembre 2015, Prince signait un morceau hommage à Freddie Gray, un jeune Noir de 25 ans mort lors d'une interpellation par la police : "Baltimore".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.