Le DJ italien Claudio Coccoluto, figure de la scène électronique internationale, est mort à 59 ans

Le monde italien de la nuit et de la musique électronique pleure la disparition de Claudio Coccoluto, référence à la fois dans la Péninsule et sur la scène internationale. Le DJ est mort mardi à 59 ans à Cassino (sud du pays) des suites d'une grave maladie.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le DJ italien Claudio Coccoluto à Rome en 2013. (ERNESTO RUSCIO / GETTY IMAGES EUROPE)

Long et émouvant applaudissement, mardi soir 2 mars, à la soirée d'ouverture du Festival de San Remo, en hommage à Claudio Coccoluto, le grand DJ disparu à 59 ans des suites d'une grave maladie.

Plus tôt dans la journée, le ministre italien de la Culture Dario Franceschni a rendu hommage à ce "protagoniste de la scène créative italienne et internationale qui avec ses notes et sa musique à l'avant-garde a fait danser des générations entières de jeunes". La maire de Rome Virginia Raggi a elle salué "un grand artiste qui pendant plus de 40 ans a marqué l'histoire de la musique dance en Italie, en Europe et dans le monde".

Premier DJ européen au Sound Factory Bar de New York

Né à Gaeta (non loin de Rome) en 1962, Claudio Coccoluto avait commencé dès l'âge de 13 ans, à faire le DJ dans le magasin d'électroménager de son père dans cette ville balnéaire à mi-chemin entre la capitale italienne et Naples. Coccoluto a été le premier DJ européen à mixer au Sound Factory Bar de New York sa variante de la musique électronique, qu'il qualifiait lui-même d'"underground".

Dans sa populaire émission C.O.C.C.O. sur la radio italienne Radio Deejay, il mixait en direct tout en dialoguant avec ses auditeurs. Dans les années 90, les pistes des discothèques ont résonné au son de ses plus grands succès : Do It Whitout Thinkin, Afromarslight, Mind Melody 3.0... La sortie de son dernier album , un recueil de 14 morceaux intitulé Imusicselection5 - Vynil Heart, remontait à juin 2008.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.