L'Angleterre veut abattre 5 000 blaireaux, l'ancien guitariste de Queen intervient

Brian May a défilé samedi à Londres, pour demander au gouvernement britannique de ne pas abattre ces animaux, accusés de transmettre une maladie aux bovins.

L\'ancien guitariste de Queen, Brian May, lors d\'une manifestation contre l\'abattage de blaireaux, à Londres (Royaume-Uni), le 1er juin 2013.
L'ancien guitariste de Queen, Brian May, lors d'une manifestation contre l'abattage de blaireaux, à Londres (Royaume-Uni), le 1er juin 2013. (DYLAN MARTINEZ / REUTERS)

 Il n'y a pas de petits combats. L'ancien guitariste de Queen, Brian May, a pris la tête samedi 1er juin d'une manifestation de protestation contre le projet des pouvoirs publics d'abattage de milliers de blaireaux dans le cadre de la lutte contre la propagation de la tuberculose bovine. Environ 5 000 protestataires, pour certains habillés aux couleurs noir et blanc caractéristiques de ce mammifère plantigrade, ont défilé dans les rues du centre de Londres.

Un blaireau se promène dans une forêt anglaise, en juillet 2011.
Un blaireau se promène dans une forêt anglaise, en juillet 2011. (NIGEL RODDIS / REUTERS)

Pas moins de 5 000 blaireaux doivent être abattus à partir de samedi par des tireurs d'élite, sur une période de six semaines, dans deux régions du sud-ouest de l'Angleterre. "Des milliers de blaireaux vont être tués dans le cadre d'une opération qui ne rendra pas la vie plus facile aux agriculteurs", a déclaré le musicien à la BBC. "Nous ne pensons pas que cela marchera. Une meilleure solution serait la vaccination." Brian May a remis au 10 Downing Street, la résidence-bureau du Premier ministre, David Cameron, une pétition demandant l'arrêt de l'opération d'abattage des blaireaux.

Cette campagne divise l'Angleterre. Les éleveurs déterminés à protéger leur bétail et leur niveau de vie s'opposent aux défenseurs de la cause animale qui parlent de cruauté inutile. Pour justifier leur choix, les pouvoirs publics s'appuient sur une une étude qui a montré que l'extermination de 70% de ces petits rongeurs nyctalopes dans une région peut réduire de 16% la tuberculose bovine. Cette maladie a entraîné l'abattage de 28 000 têtes de bétail en 2012, en Angleterre.