Cet article date de plus de trois ans.

"Mon Johnny, c'est..." : sept fans du rockeur racontent un souvenir qu'ils garderont à jamais du chanteur

Alors que la France dit adieu à Johnny Hallyday lors d'un hommage populaire samedi, franceinfo donne la parole à ses fans. Ils racontent l'image qu'ils gardent en tête de l'idole des jeunes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Johnny Hallyday visite les installations d'Usinor, le 7 mars 1979 à Longwy (Meurthe-et-Moselle). (AFP)

Johnny Hallyday fait un dernier tour de piste, samedi 9 décembre, à Paris. Le rockeur français, décédé dans la nuit de mardi à mercredi, va bénéficier d'un hommage populaire. Un convoi funèbre partira de l'Arc de Triomphe, vers midi, et descendra les Champs-Elysées jusqu'à la place de la Concorde. Une cérémonie suivra en l'église de la Madeleine. Avant le dernier adieu des fans à celui qui fut l'idole des jeunes, franceinfo a récolté le témoignage d'inconditionnels du chanteur. Ils racontent qui était "leur" Johnny. 

1Michel : "Mon Johnny, c'est la lutte des sidérurgistes en 1979"

Michel est retraité et habite à Longwy (Meurthe-et-Moselle). Il a croisé Johnny lors de la lutte qu'il menait pour éviter la fermeture des usines de sidérurgie, en 1979. Il se souvient d'une personne "calme, douce, compréhensive, à l'écoute", qui les a écoutés "toute la nuit". "Il nous a suivis, on a fait 60 kilomètres entre Metz et Longwy dans sa Mercedes, on a lui a offert un pot au local et après on lui a fait visiter toutes les usines qui allaient fermer à Longwy."

Michel : "Mon Johnny, c'est la lutte des sidérurgistes en 1979"
écouter

2Anne : "Mon Johnny, c'était un peu mon ange gardien"

Anne, 66 ans, a rencontré Johnny Hallyday quand elle n'avait que 5 ans. Elle n'a pas échangé le moindre mot avec lui mais se souvient de "son regard, sa douceur, sa délicatesse". Alors qu'elle avait du mal à marcher, elle allait dans le square de la Trinité tous les jours. "Il y avait un garçon qui jouait de la guitare. Je m'asseyais sur les marches et lui me délaçait mes chaussures pour que je souffre moins. C'était Johnny !" "Il était, pendant quelques minutes, le grand frère protecteur que je rêvais d'avoir", se souvient-elle.

Anne : "Mon Johnny, c'était un peu mon ange gardien"
écouter

3Annie : "Mon Johnny, c'était tout un été à travailler avec lui"

Annie a connu la musique de Johnny Hallyday à 16 ans. À l'époque, elle habitait à Toulon et a appris à jouer de l'harmonica grâce à la chansonRetiens la nuit. Des années plus tard, elle a eu l'occasion de côtoyer le rockeur. "Il y a quelques années, il avait besoin de 400 chanteurs pour aller au Stade de France. Il est allé dans ma chorale à Paris et il nous a pris tout un été pour travailler avec lui. (...) Je n'oublierai jamais cet été là."

Annie : "Mon Johnny, c'était tout un été à travailler avec lui"
écouter

4Alexandre : "Mon Johnny, c'est son dernier concert à Carcassonne"

Alexandre est un des jeunes fans de Johnny Hallyday. Il n'a que 19 ans. Le seul concert du rockeur auquel il a assisté, c'était cet été au festival de Carcassonne, le dernier concert du chanteur. "Je me souviens de l'entrée sur scène d'Eddy Mitchell, de Jacques Dutronc et Johnny Hallyday [Les Vieilles Canailles], c'était assez incroyable (...) Je pense que je m'en souviendrai assez longtemps. 

Alexandre : "Mon Johnny, c'est son dernier concert à Carcassonne"
écouter

5Nicolas : "Mon Johnny, c'est un exemple qui a été une force"

Nicolas, 35 ans, est fan de Johnny Hallyday depuis qu'il a 14 ans. Il a été bercé par l'idole des jeunes dans sa tendre enfance grâce à son père et a vu son premier concert du rockeur à Lorient. "Hallyday m'a permis de sortir de passages mauvais de mon enfance. Souffre-douleur à l'école, les choses n'allaient pas spécialement bien pour moi. Quand je suis arrivé en sixième, les choses ont été beaucoup mieux. J'avais Johnny en moi, je portais déjà à l'époque les tee-shirts Hallyday dans tous les cours. (...) Johnny a été un exemple pour moi donc ça a été une force."

Nicolas : "Mon Johnny, c'est un exemple qui a été une force"
écouter

6Christophe : "Mon Johnny, c'est quatre générations de transmission"

À 53 ans, Christophe a toujours vécu avec les chansons du rockeur. "Johnny, c'est ma mère qui était fan dans les années 1960 et qui me l'a transmis. J'ai transmis ça à mes enfants et aujourd'hui mon fils a commencé à transmettre ça aussi à ma petite fille qui a 3 ans. Ça fait quatre générations ! (...) Johnny, c'est plus qu'un chanteur, c'est quelqu'un qui vit en nous."

Christophe : "Mon Johnny, c'est quatre générations de transmission"
écouter

7Henry : "Mon Johnny, c'est une porte qui s'ouvre et je vois Hallyday à 20 mètres de moi"

Henry a croisé Johnny Hallyday quand il était adolescent, lors d'un concert en région parisienne. Il était pensionnaire d'un orphelinat et les éducateurs avaient accepté qu'une douzaine d'entre eux tentent d'entrer sous le chapiteau. "Tout à coup, une porte s'ouvre, je vois des gens qui passent, je m'approche et je vois Johnny Hallyday à 20 mètres de moi. Je lui hurle 'Johnny laisse nous rentrer, on est de l'orphelinat, on n'a pas d'argent' !' Il a dit 'ok, vous ne cassez rien, on va vous laisser rentrer'. (...) On a vu tout le concert et c'était quelque chose d'extraordinaire."

Henry : "Mon Johnny, c'est une porte qui s'ouvre et je vois Hallyday à 20 mètres de moi"
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Johnny Hallyday

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.