Jimi Hendrix : quatre choses à savoir sur les quatre concerts de légende au Fillmore East qui paraissent 50 ans après

"Songs for Groovy Children" (Legacy Recordings) : 50 ans après, l'ensemble des quatre concerts de Jimi Hendrix donnés au Fillmore East de New York au jour de l'an 1969-1970, est paru ce vendredi 22 novembre.

Jimi Hendrix sur scène au Royal Albert Hall de Londres le 24 février 1969.
Jimi Hendrix sur scène au Royal Albert Hall de Londres le 24 février 1969. (DAVID REDFERN / REDFERNS / GETTY IMAGES)

Le plus extraordinaire guitar hero de l’histoire a poussé son dernier souffle le 18 septembre 1970, il y a un demi-siècle, et il lui reste encore des choses à dire. L’ensemble des quatre fameux concerts enregistrés avec le Band of Gypsys au Fillmore East à New York le jour de l’an 1969-1970 est enfin publié à la date du vendredi 22 novembre 2019, sous le nom de Songs for Groovy Children, dans un mixe tout neuf signé Eddy Kramer, célèbre producteur et ingénieur du son historique d'Hendrix. Retour sur l’histoire de ces quatre concerts d’anthologie dont la sortie crée l'évènement cinquante ans après.

1Un nouveau groupe entièrement afro-américain

Peu après sa prestation remarquée à Woodstock, Jimi Hendrix s’installe à New York à l’automne 1969. Dans la Grosse Pomme, la construction de ses Electric Lady Studios est bien entamée mais ils coûtent cher, plus cher que prévu (ils coûteront au final un million de dollars). Par ailleurs, pour régler un différend juridique contractuel avec un certain Ed Chalpin, Jimi doit enregistrer un album chez Capitol. Il choisit d’enregistrer un album live.

Pour ce faire, il décide de monter un nouveau groupe et s’entoure à la basse de Billy Cox, son ami de régiment qui était déjà à ses côtés à Woodstock, et de Buddy Miles, déjà présent sur certains titres de Electric Ladyland, à la batterie. Un trio entièrement afro-américain (alors qu’il était entouré de deux blancs auparavant) qu’il baptise Band of Gypsys, et avec lequel il entend revenir résolument à sa base : le blues.

Alors au sommet de sa liberté créatrice, Jimi mâtinera ce blues d'un souffle soul, funk et rhythm’n’ blues, un mélange puissamment groovy qui sera salué par le trompettiste Miles Davis et inspirera nombre de musiciens dont Nile Rodgers, le guitariste de Chic, et George Clinton, le fondateur de Parliament et Funkadelic.

2Une prestation incandescente

Bien qu’il s’agisse d’un album auquel il est contraint, le guitar hero ne va pas faire les choses à moitié. Durant les quatre concerts enregistrés au Fillmore East de New York les 31 décembre 1969 (deux shows) et 1er janvier 1970 (deux shows), Jimi Hendrix propose une majorité de compositions inédites.

Parmi elles, Izabella, Ezy Rider, Power of Soul et Burning Desire. Mais aussi le puissant brûlot pacifiste Machine Gun, dans lequel il s’en prend aussi bien aux politiciens qu’aux marchands d’armes. Une chanson "dédiée aux soldats qui se battent au Vietnam" et introduite d'un "Bonne année, tout d'abord. J'espère que nous en aurons un million, ou deux, de plus... Si nous pouvons passer l'été".

Bill Graham, organisateur de concerts et directeur du Fillmore East, garde un souvenir ému de la prestation éblouissante de Jimi Hendrix. "Je ne reverrai jamais une performance d’une telle intensité et d’une telle force émotionnelle, venant d’un guitariste chanteur. C’était comme une danse sur un adaggio. La guitare était le serpent, et lui, le charmeur de serpent", confiait-il à Rolling Stone en 1987 (cité dans Jimi Hendrix La Totale, qui vient de sortir chez E/P/A Hachette). 

Sur les conseils du même Bill Graham, Jimi Hendrix, qui joue sur une Fender Stratocaster noire de 1968 au manche en érable, met en sourdine dès le second concert son côté showman (s'allonger, jouer avec la bouche etc) pour se focaliser plus que jamais sur son jeu.

3Que contient Songs For Groovy Childen ?

Paru aux États-Unis en février 1970, l’album live Band of Gypsys, dernier disque officiel produit et approuvé par Jimi Hendrix de son vivant, contient six chansons : Who Knows, Machine Gun, Changes, Power To Love, Message of Love et We Gotta Live Together. En 1991, trois autres titres extraits des concerts au Fillmore East ont été publiés dans le coffret Footlight : Hear My Train A Comin, Foxy Lady et Stop

Aujourd’hui paraît l’intégralité des quatre prestations au Fillmore East dans l’ordre. Soit 43 morceaux réunis sur 5 CD ou 8 disques vinyle, dans un mixe tout neuf signé Eddy Kramer, agrémentés de photos inédites et de souvenirs de Billy Cox.

On y découvre que le tout premier concert, onze chansons, n’était composé que d’inédits et de reprises, avec notamment Earth Blues, Ezy Rider, Izabella mais aussi Bleeding Heart d’Elmore James et Stop de Jerry Ragavoy et Mort Shuman. Et qu’Hendrix avait ensuite ponctué les autres représentations de versions live inédites de classiques de son répertoire tels Voodoo Child (Slight Return), Purple Haze ou Foxy Lady, ainsi que de reprises comme Auld Lang Syne de Robert Burns.

4Jimi Hendrix était-il satisfait de ces concerts ?

Bien sûr, se pose une nouvelle fois la question : Jimi Hendrix aurait-il voulu que paraisse l’intégralité de ces quatre concerts ? Selon Jean-Michel Guesdon et Philippe Margotin, auteurs de Jimi Hendrix La Totale qui vient de paraître chez E/P/A, le guitariste de génie avait beau avoir fait en sorte d’obtenir le meilleur résultat possible pour l’album Band of Gypsys, quelque chose le chagrinait : la prestation de Buddy Miles.

D’une part, il trouvait son jeu de batterie moins polyvalent et moins jazzy que celui de son partenaire habituel Mitch Mitchell. Mais il était surtout agacé par son attitude qui consistait à tirer la couverture à lui sur scène. Selon Eddy Kramer, durant l’écoute des bandes, Jimi "s’énervait en entendant certaines interventions de Buddy Miles : "Oh, mec, j’aimerais que Buddy ferme sa gueule !". ll demanda même à l’ingénieur de supprimer certains passages de Buddy Miles, jugés déplacés, hors contexte", peut-on lire dans Jimi Hendrix La Totale.

L’ouvrage indique aussi qu’aucun morceau issu des deux premiers concerts, ceux du 31 décembre 1969, n’avait été retenu pour l’album officiel, "en raison de problèmes techniques survenus au cours de la captation de quelques chansons, notamment sur la voix d’Hendrix". Nettoyées au mieux par Eddie Kramer grâce aux technologies modernes dans ce nouveau mixe 2019, les imperfections n'enlèvent rien à ces quatres shows incandescents, enfin livrés à nos oreilles.



Le tracklisting de Jimi Hendrix, Songs for Groovy Children : The Fillmore East Concerts

Disc 1 - 31 décembre 1969, premier set
1. "Power of Soul"
2. "Lover Man"
3. "Hear My Train A Comin’"
4. "Changes"
5. "Izabella"
6. "Machine Gun"
7. "Stop"
8. "Ezy Ryder"
9. "Bleeding Heart"
10. "Earth Blues"
11. "Burning Desire"

Disc 2 - 31 décembre 1969, second set
1. "Auld Lang Syne"
2. "Who Knows"
3. "Fire"
4. "Ezy Ryder"
5. "Machine Gun"
6. "Stone Free"
7. "Changes"
8. "Message to Love"
9. "Stop"
10. "Foxey Lady"

Disc 3 - 1er janvier 1970, premier set
1. "Who Knows"
2. "Machine Gun"
3. "Changes"
4. "Power of Soul"
5. "Stepping Stone"
6. "Foxey Lady"
7. "Stop"
8. "Earth Blues"
9. "Burning Desire"

Disc 4 - 1er janvier 1970, second set
1. "Stone Free"
2. "Power of Soul"
3. "Changes"
4. "Message to Love"
5. "Machine Gun"
6. "Lover Man"
7. "Steal Away"
8. "Earth Blues"

Disc 5 - 1er janvier 1970, suite du second set
1. "Voodoo Child (Slight Return)"
2. "We Gotta Live Together"
3. "Wild Thing"
4. "Hey Joe"
5. "Purple Haze"