"Jimi Hendrix La Totale, les 119 chansons expliquées" fait le tour de l'oeuvre incandescente du guitar héros

Inimitable et insurpassé depuis sa mort il y a 50 ans, le génie de la guitare Jimi Hendrix n'aura plus de secrets pour vous après la lecture de cette bible érudite de plus de trois kilos.

Jimi Hendrix en concert le 24 février 1969 au Royal Albert Hall de Londres (Grande-Bretagne). 
Jimi Hendrix en concert le 24 février 1969 au Royal Albert Hall de Londres (Grande-Bretagne).  (DAVID REDFERN / REDFERNS/ GETTY)

Après les Beatles, Bob Dylan, Pink Floyd et Led Zeppelin, le duo de fins limiers Jean-Michel Guesdon et Philippe Margotin, auteurs de la très respectée série de livres érudits La Totale, se penche sur la carrière, brève mais très intense, de Jimi Hendrix, mort en septembre 1970 à l'âge de 27 ans. Comme toujours, dans cette visite guidée livresque aussi épaisse qu’un dictionnaire, les deux complices passent les 119 chansons du guitar hero, textes et musique, au peigne fin, qu’il s’agisse de l’inspiration dont elles sont issues à la technique musicale mise en œuvre pour les réaliser, sans oublier le contexte.

De son vivant, l’extraordinaire guitariste américain n’a sorti que trois albums studio (Are You Experienced, Axis : Bold As Love et Electric Ladyland) en compagnie de Mitch Mitchell (batterie) et Noel Redding (basse) et un album enregistré live (Band of Gypsys). Tout ça en l’espace de moins de quatre ans, entre 1967 et 1970. Mais ses disques posthumes abondent, dont une quinzaine sont décortiqués dans cet ouvrage.

Génie de la guitare et showman extraordinaire

On connaît plus ou moins l’ascension fulgurante de ce génie américain de la six-cordes né à Seattle, qui explosa à Londres dès son arrivée en 1966, subjuguant tous les musiciens de l’époque, à commencer par Eric Clapton, alors surnommé Dieu, qu’il réussit à éclipser, mais aussi Jimmy Page (Led Zeppelin), Jeff Beck ou Brian Jones des Rolling Stones. Mais on a encore bien des choses à découvrir sur le guitariste gaucher, auteur, chanteur, performeur et producteur audacieux, et on en découvre beaucoup dans Jimi Hendrix La Totale.

On apprend par exemple que c’est devant le public très difficile du Chitlin Circuit, où il fit ses classes en compagnie de groupes de blues et de R&B comme Slim Harpo ou Sam Cooke, qu’Hendrix vit des gars "jouer avec leur instrument derrière la tête ou avec leurs dents, ou même avec leur coude" avant de s’en inspirer plus tard pour devenir l’époustouflant showman que l’on sait. A ce sujet, on découvre également que c’est un journaliste du NME qui suggéra à Hendrix de brûler sa guitare sur scène (comme à Monterey Pop en 1967) pour faire mieux et surtout plus original que Pete Townshend des Who… qui se contentait de la casser.

Jimi Hendrix en concert à Hambourg en mars 1967.
Jimi Hendrix en concert à Hambourg en mars 1967. (ULLSTEIN BILD / ULLSTEIN BILD / GETTY IMAGES)

Baptême du feu en France avec Johnny

On se pince pour le croire en lisant que Noel Redding était venu passer à l’origine une audition dans l’espoir d’être le nouveau guitariste des Animals et fut engagé comme bassiste dans le Jimi Hendrix Experience alors qu'il n'avait jamais joué de basse auparavant. On apprend plus loin que sur Hey JoeChas Chandler, manager d'Hendrix et ancien bassiste des Animals, avait entièrement refait la partie de basse de Noel Redding, qui n'était alors bassiste que depuis trois semaines. Et on comprend l'apport précieux de Mitch Mitchell, batteur au jeu remarquable aussi R&B que jazzy, à son sommet sur un titre comme Fire.

On suit l'ascension du Jimi Hendrix Experience, qui fit son baptême du feu en France en 1966, en première partie d’une tournée de quatre dates de Johnny Hallyday, qui les avait repérés dans un club londonien quelques semaines plus tôt. On s'amuse d'apprendre que le trio tenta sans succès de reprendre La poupée qui fait non de Michel Polnareff, rebaptisée No, No, No. Et on se plaît à imaginer la tête des Beatles, bouches bées lorsque Hendrix entama en 1967 son concert au Saville Theater où ils assistaient par une reprise de Srgt Pepper qui venait de sortir trois jours plus tôt.

Le studio comme outil de création

Jimi Hendrix La Totale se penche bien sûr sur les expériences folles en studio de l'un des chefs de file du psychédélisme (effets de distorsion, enregistrements au ralenti ou à l’envers, enregistrements réinjectés dans les casques d’écoute du studio baladés autour d’un micro etc), également connu pour ses innovations révolutionnaires sur les effets larsen et l’usage de la pédale wah-wah.

L’ouvrage rappelle qu’Hendrix n’avait aucune confiance dans sa voix, ce grain expressif et sensuel qui accompagnait idéalement son phrasé éblouissant a la six cordes. Il détaille la signification de ses paroles et montre notamment comment les lectures de science-fiction du guitariste, qui dévorait les romans de George R.Stewart et Philip José Farmer, ont inspiré les paroles étranges de Purple Haze, 3rd Stone From the Sun ou Up From The Skies

Pour les admirateurs d'Hendrix, ce livre est le compagnon de route idéal de sa discographie, capable d'en éclairer les recoins à chaque écoute vagabonde.

Quatre questions à Jean-Michel Guesdon, chargé de l'analyse musicale de la série La Totale

Qu'avez-vous découvert sur Jimi Hendrix en réalisant ce La Totale ?
Jean-Michel Guesdon : Quand il est arrivé dans les années 70, j'étais alors ado et vivait à Berlin, c'était quelque chose d'inoui, de tout à fait nouveau. C'était l'époque hippie, drogues dures et compagnie, et il répondait parfaitement à cette vision du monde et du rock. Ce que j'ai découvert à la faveur de cet ouvrage c'est qu'il m'apparaissait à l'époque à tort comme quelqu'un d'assez sombre et de drogué faisant une musique très violente. Je me suis rendu compte que Jimi Hendrix était un garçon lumineux et généreux, quelqu'un de très humain et créatif qui avait beaucoup d'humour. Un personnage à l'opposé de l'image que beaucoup de monde en avait à l'époque.

Qu'est-ce qui vous a le plus surpris en étudiant de près son travail ?
Ce qui m'a étonné c'est à quel point son travail est imprégné de l'œuvre des Beatles et en particulier des techniques expérimentales en studio qu'ils avaient initiées. Comme pour les Fab Four, le studio était devenu pour lui un outil de création. Il a innové avec le phasing stéréo (il existait déjà le phasing mono) mais surtout avec l'emploi à la fois de la pédale wah-wah - il était le seul à l'utiliser comme ça et aussi abondamment - et du larsen dont il était le maître.

The Jimi Hendrix Experience avec de gauche à droite Mitch Mitchell (batterie), Noel Redding (basse) et Jimi Hendrix.
The Jimi Hendrix Experience avec de gauche à droite Mitch Mitchell (batterie), Noel Redding (basse) et Jimi Hendrix. (IVAN KEEMAN / REDFERNS)

Qu'est ce qui caractérise selon vous son jeu de guitare?
Déjà, il a réussi à créer un langage singulier, à la croisée du blues, du hard rock et de la soul, et c'est à cela qu'on reconnaît les grands musiciens. Ce langage qui n'appartient qu'à lui avec un phrasé incroyable et merveilleux, est servi par une technique monstrueuse et par des mains de géant – il arrivait à barrer sa guitare avec le pouce de sa main droite, ce qui est quand même assez rare. Et puis ce guitariste était aussi doué dans des solos complètements délirants que dans des solos très lyriques comme on peut l'entendre sur Little Wing notamment, ce qui prouve toute la palette du bonhomme. Au-delà du jeu de guitare, il y a ses performances de showman hallucinantes pour lesquelles il reste insurpassé. Sa performance à Monterey en 1967 avec Noel Redding et Mitch Mitchell est absolument renversante. Là non seulement son jeu de guitare est éblouissant – sa guitare semble greffée à son bras - mais le show est dément : il fait toutes ces acrobaties, il joue avec les dents et se roule par terre avant de brûler sa guitare sur Wild Thing.

Pour Jimi Hendrix, vous sortez un La Totale au moins aussi épais que ceux consacrés aux Beatles ou à Pink Floyd alors qu'il est mort prématurément à l'âge de 27 ans. Comment l'expliquez-vous ?
Je l'explique par le fait qu'il avait la fièvre créatrice. Il a enregistré un nombre de chansons considérable en peu de temps, notamment les dernières semaines de sa vie dans son studio Electric Ladyland à New York. A la fin il n'était pas dans une très bonne passe, il avait des problèmes sentimentaux, il était crucifié par le contrat qui le liait à Ed Chalpin avec qui il avait signé en 1965 et qui s'était rappelé à son bon souvenir une fois la célébrité venue, cela le minait. Il se rendait compte qu'il allait vers une impasse musicale et cherchait à sortir de son image de guitariste des larsens et de la saturation. Ce qui est dommage, c'est qu'avant sa mort il avait plein de projets, selon Mitch Mitchell, notamment de collaborations avec des figures comme Miles Davis, Gil Evans, Taj Mahal et Quincy Jones.
La couverture de l\'ouvrage \"Jimi Hendrix La Totale\" de JM Guesdon et P.Margotin paru en 2019.
La couverture de l'ouvrage "Jimi Hendrix La Totale" de JM Guesdon et P.Margotin paru en 2019. (E/P/A/ Editions)

Jimi Hendrix, La Totale de Jean-Michel Guesdon et Philippe Margotin (E/P/A, 49,90 euros)