Un festival, des rires et un saxophone plaqué or : Manu Dibango a laissé de beaux souvenirs à Saint-Calais

Le saxophoniste camerounais décédé à l'âge de 86 ans du coronavirus avait passé une partie de sa jeunesse dans cette petite ville de la Sarthe.

Le musicien saxophoniste, Manu Dibango à la fete du chausson aux pommes à Saint-Calais
Le musicien saxophoniste, Manu Dibango à la fete du chausson aux pommes à Saint-Calais (OLIVIER BLIN / MAXPPP)

Au lendemain de la mort de Manu Dibango emporté à 86 ans par le coronavirus, Saint-Calais se souvient. Le saxophoniste camerounais a laissé beaucoup de souvenirs dans cette petite ville de la Sarthe où il a passé une partie de sa jeunesse.

Arriver après la guerre dans le coin que tu ne connais pas du tout, où tu n'as personne qui te ressemble, forcément ce n'est pas une histoire banale.Manu DibangoJuin 2007

Manu Dibango est arrivé à Saint-Calais en 1949 après avoir débarqué à Marseille. Il est accueilli chez un instituteur qui va accompagner sa scolarité. Dans son autobiographie Trois kilos de café, il raconte d'ailleurs qu'il est arrivé en France avec ces trois kilos de café pour seule richesse. Mais c'était une denrée rare à l'époque, qui lui a permis de payer ses premiers mois de pension.

Des mois  passés sur les bancs du collège Jules Ferry que le musicien n'oubliera jamais. "La première fois qu'il est revenu ici, il est venu au collège. Il a joué avec les jeunes de l'école de musique tout émerveillés à 8, 10 ans de jouer avec Manu Dibango", se souvient Léonard Gaschet, le maire de Saint-Calais.

Un festival et des rires

Manu Dibango a offert un saxo plaqué or au collège. Le musicien camerounais est revenu souvent, créant même un festival dénommé "Soir au village avec Manu". Il va attirer ici ses amis comme Yannick Noah ou Pierre Vassiliu.

Ce que je retiens c'est son rire. dans la rue il y a des passants qui se retournaient en l'entendant quand il riais avec Vassiliu dans un café.Philippe Emonnet Correspondant du "Maine libre"

Manu Dibango était revenu aussi participer à la fête du chauson aux pommes dont Saint-Calais est la capitale mondiale. Les Calaisiens, confinés, ne sont pas près d'oublier Papagroove.