Musique : Viola Smith, la batteuse de génie oubliée de l'histoire du jazz

Publié
Musique : Viola Smith, la batteuse de génie oubliée de l'histoire du jazz
FRANCE 2
Article rédigé par
L.Hakim, A.Delcourt, B.Vignais, P.Grandouillet, L.Calvy, N.Beddiaf, D.Chevalier - France 2
France Télévisions

L'Américaine Viola Smith, surnommée la batteuse la plus rapide du monde, a bataillé pour s'imposer dans le milieu du jazz. Retour le parcours d'une musicienne de génie.

Viola Smith avait le sens du swing et la virtuosité d'une pionnière de la batterie. Elle a pris la défense des femmes musiciennes, trop souvent négligées dans un monde du jazz très masculin. À l'âge d'or du jazz américain des années 30, difficile de trouver une musicienne dans les grands orchestres de Benny Goodman, Duke Ellington ou Glenn Miller. Les femmes du jazz sont chanteuses, comme Ella Fitzgerald ou Billie Holiday. Les musiciennes, elles, sont reléguées au rang d'attraction.

Un nom rayé de l'histoire du jazz

Viola Smith crée Les Coquettes, mais son image est réduite au charme et au divertissement. Son jeu de batterie est pourtant au niveau de la star des baguettes, Gene Krupa. En 1940, elle fera d'ailleurs la Une du Billboard, un grand magazine de musique. Quand les hommes partent à la guerre en 1942, elle prend la plume pour sermonner les directeurs d'orchestres, qui recrutent plus volontiers des musiciens "médiocres" que des femmes. "Pourquoi ne pas laisser certaines des plus grandes musiciennes du pays prendre leur place ?", interroge-t-elle alors. Si elle n'a jamais rangé ses baguettes jusqu'à sa mort, en 2020, à l'âge de 107 ans, son nom a pourtant été rayé de l'histoire du jazz. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.