Marianne pourrait prendre les traits de Simone Veil

Marianne sous les traits de Simone Veil, c'est ce que propose le parti Agir, emmené par des ex-LR pro-Macron, dans une lettre au président. Une proposition bien reçue par la classe politique et la population, après que des portraits de l'ancienne ministre de la Santé ont été vandalisés et recouverts par une croix gammée, lundi 11 février à Paris.

L\'anciennce ministre de la Santé Simone Veil, lors d\'un discours contre le tabac en 1975. 
L'anciennce ministre de la Santé Simone Veil, lors d'un discours contre le tabac en 1975.  (AFP)
"Nous proposons de donner à Marianne les traits de Simone Veil qui est l'incarnation de la France et de la République, de leurs valeurs, de leurs combats, de leurs défis, de leur ancrage européen", a écrit l'une des porte-parole du parti, Fabienne Keller, dans une lettre à Emmanuel Macron.

Cette proposition est bien reçue par la classe politique. "Son visage illumine, il peut guider des générations", a notamment réagit Eric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes. "Il est évident que Simone Veil est une icône", a ajouté Sébastien Chenu, député Rassemblement National du Nord. 

"Un visage rassembleur"

"Après Catherine Deneuve, Brigitte Bardot, Laëtitia Casta, cela aurait une vraie signification de donner à notre incarnation nationale le visage de l'une de ses plus grands et illustres serviteur et défenseur", poursuit la sénatrice du Bas-Rhin, selon qui le portrait de l'ancienne présidente du Parlement européen est "un visage rassembleur et un symbole riche de sens pour unir les Français".
Deux boîtes aux lettres, situées dans le XIIIe arrondissement de Paris, sur lesquelles figuraient des portraits réalisés au pochoir de Simone Veil, ont été barrées de croix gammées lundi 11 février.

"Elle incarne la France, son honneur, sa grandeur"

Simone Veil avait été déportée à l'âge de 15 ans, avec sa mère et sa soeur, dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau (actuelle Pologne). Un an après sa mort, ses restes ont été transférés au Panthéon le 1er juillet dernier, ainsi que ceux de son mari, Antoine Veil.

"Simone Veil fait partie du coeur et de la conscience collective de notre nation. Elle incarne la France, son honneur, sa grandeur, son courage et sa dignité en toute situation et dans l'adversité. Son parcours et ses engagements ont inspiré et donné de la force à des millions de Français", estime encore Fabienne Keller dans sa missive au chef de l'État. "(Sa) vie est à un appel à refuser toutes les compromissions avec les extrémistes, les populistes, les marchands de malheur" poursuit-elle.