Hommage à Michel Legrand au Théâtre Marigny : musique, humour et émotion

Le cercueil sur scène, au beau milieu du décor féérique de "Peau d'âne": un hommage enchanteur, émouvant et élégant a été rendu au "géant" des compositeurs français Michel Legrand. A Marigny, où est donnée depuis novembre l'adaptation scénique du film de Jacques Demy dont il avait composé les thèmes, le musicien décédé a eu droit à une dernière "standing ovation".

Hommage à Michel Legrand au théâtre Marigny
Hommage à Michel Legrand au théâtre Marigny (Cyril MOREAU / AFP / BESTIMAGE)
La salle du théâtre Marigny était pleine pour cette cérémonie à destination du grand public. A 14h15, sur la musique de Peau d'âne, le cercueil est arrivé et a été posé au milieu de la scène. Accrochée entre les faux arbres de la forêt féérique, une photo en noir et blanc de lui, les cheveux ébouriffés, au travail. Le public s'est alors levé et a longuement applaudi.  

Reportage : C. Azzopardi, J. De Mareuil, D. Wolfromm D. Bonnet, O. Dumont, H. Pozzo, P. Crapoulet D. Levy, S. Korwin

Choplin, Varda

Jean-Luc Choplin le directeur du théâtre a pris la parole en présence de toute le troupe de Peau d'âne, visiblement très émue. Michel Legrand était très présent au moment des répétition en novembre 2018, il avait ajouté 10 minutes de musique à sa partition originale pour les besoins du spectacle.

Après un discours assez formel du ministre de la culture, Franck Riester, c'est Agnès Varda qui durant dix bonnes minutes a raconté ses meilleurs souvenirs, c'était dans les années 60-70, dix années très riches durant lesquelles son époux Jacques Demy et Michel Legrand ont collaboré de manière si fructueuse, réalisant les trois chef-d'oeuvre que l'on connait : "Les Parapluies de Cherbourg"(1965), "Les Demoiselle de Rochefort" (1967), Peau d'âne (1970). "Parler à côté du cercueil de Michel, c'est un peu difficile. La dernière fois qu'on s'est vus, on s'est tenu la main et j'ai senti qu'il replongeait avec moi dans les années où nous étions ensemble avec Jacques (Demy)", s'est rappelée la réalisatrice très émue.

Didier van Cauvelaert, Ruggieri : rires et émotion

Ce sont alors succédés pendant plus d'une heure, témoignages et morceaux de musique : l'écrivain Didier van Cauvelaert a raconté 33 ans d'amitié, le réalisateur Xavier Beauvois a raconté la mise en musique de son film "La rançon de la gloire", ponctuant son récit d'anecdotes très drôles malgré sa grande émotion, il a étouffé un sanglot en regagnant la salle. Eve Ruggieri a raconté ses vacances passées avec le couple Macha Méril-Michel Legrand en Gascogne, c'est là que le compositeur lui a fait écouter son concerto pour piano.

Des extraits de chansons de Legrand s'enchaînent, tel "Les moulins de mon coeur" qui ravivent plus d'un souvenir ; sur des écrans, défilent des photos de lui avec des stars comme Quincy Jones ou Michael Jackson, ainsi que des images vidéos dont une le montrant, hilare, dans une auto-tamponneuse.

Frédéric Beigbeder : "Il faut donc mourir pour être enfin reconnu !"

Frédéric Beigbeder a clôt la cérémonie avec un discours ciselé, drôle et caustique : "Michel Legrand a obenu 3 Oscars pas un César, en France il faut donc mourir pour être enfin reconnu !"

Après cet hommage d'une heure et quart, Michel Legrand a été inhumé aux alentours de 16H30 au cimetière du Père-Lachaise. Depuis la mi-journée et jusqu'à 19H, une rétrospective de sa carrière a été  diffusée sur écran géant, sur le parvis de l'Hôtel de Ville.