VIDEO. Eurovision 2016 : regardez la prestation de Jamala, la gagnante ukrainienne

La représentante de l'Ukraine a remporté le concours avec "1944", un titre qui évoque l'histoire de son arrière-grand-mère et la déportation par Staline des Tatars de Crimée.

FRANCE 2

Jamala a livré un titre très personnel aux téléspectateurs de l'Eurovision. L'Ukrainienne a remporté la 61e édition du concours, dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 mai, avec 1944, chanson qui évoque l'histoire tragique de son arrière-grand-mère et de son peuple, les Tatars de Crimée, déportés par Staline. "Je préférerais que ce morceau n'existe pas", a-t-elle expliqué en conférence de presse, à l'issue de la finale.

>> Revivez la soirée de l'Eurovision 2016 et le sacre de l'Ukraine

"J'avais besoin" de cette chanson "pour me libérer", racontait-elle en amont de la cérémonie. Du 18 au 20 mai 1944, la quasi-totalité des Tatars de Crimée, peuple musulman d'origine turque alors accusé par Staline d'avoir collaboré avec les nazis, ont été entassés dans des wagons de marchandises et déportés, la plupart en Asie centrale où la moitié d'entre eux sont morts en raison de conditions de vie très rudes. La plupart n'ont commencé à revenir en Crimée qu'après la chute de l'URSS et ont été horrifiés de voir la péninsule ukranienne annexée par Moscou en mars 2014.

Dans ce contexte, la chanson porte donc un fort message politique. Plusieurs responsables politiques, à Moscou et en Crimée, avaient protesté contre le titre destiné, selon eux, à dénigrer la Russie. A l'issue de la finale, les commentateurs de la télévision publique russe Rossiya 1 ont félicité Jamala "avec plaisir", mais sans dire un mot des Tatars de Crimée. Selon eux, la chanson parle "de ses proches", sans plus de détails.

Jamala, représentante de l\'Ukraine, chante \"1944\" après sa victoire au concours Eurovision, à Stockholm (Suède), le 15 mai 2016.
Jamala, représentante de l'Ukraine, chante "1944" après sa victoire au concours Eurovision, à Stockholm (Suède), le 15 mai 2016. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)