Le concours de l'Eurovision diffusé en Chine, mais sans tatouages ni couple gay

La plateforme MangoTV a proposé aux téléspectateurs chinois une version du télé-crochet expurgée de certains éléments considérés comme déviants par le régime.

Eugent Bushpepa, candidat albanais au concours de l\'Eurovision, lors de la première demi-finale, à Lisbonne, le 8 mai 2018.
Eugent Bushpepa, candidat albanais au concours de l'Eurovision, lors de la première demi-finale, à Lisbonne, le 8 mai 2018. (JOERG CARSTENSEN / DPA)

L'Eurovision victime de la censure en Chine. La demi-finale du télé-crochet, diffusée mercredi 9 mai, sur la plateforme chinoise MangoTV, a été expurgée d'éléments considérés comme déviants des "valeurs centrales du socialisme". Une censure qui a valu à MangoTV de perdre les droits de diffusion du concours de chanson. "Ce n'est pas compatible avec les valeurs d'universalité et d'inclusion et notre fière tradition de célebrer la diversité par la musique", a estimé l'Union européenne de radio-télévision, qui organise l'Eurovision.

MangoTV a coupé au montage la prestation de l'Irlandais Ryan O'Shaughnessy, en raison de la présence d'un couple d'hommes dansant sur la scène, pendant sa ballade Together

La plateforme a également flouté des drapeaux arc-en-ciel présents dans le public. En Chine, l'homosexualité est de plus en plus acceptée au sein de la population, mais elle reste taboue dans les films et les séries télé. Et tout "contenu homosexuel" est interdit de diffusion sur les sites internet de streaming.

Le passage du chanteur albanais Eugent Bushpepa, tatoué aux bras, a aussi été coupé, car les autorités interdisent depuis janvier de montrer des tatouages à la télévision.