Eurovision : Bilal Hassani, sa lutte quotidienne contre le cyberharcèlement

Plébiscité par le public pour représenter la France à l'Eurovision 2019, Bilal Hassani fait partie de la génération Z, hyperconnectée. Il revient avec le journaliste Adrien Rohard sur l'attention médiatique qu'il suscite, pour le meilleur et pour le pire.

FRANCEINFO

Pour Bilal Hassani, représentant de la France à l'Eurovision 2019, qui aura lieu samedi 18 mai, c'est sa perruque qui lui permet de se sentir vraiment lui-même. Pourtant, cet accessoire qui le rend aujourd'hui si identifiable a pu lui apporter un nombre de critiques et d'insultes homophobes sur les réseaux sociaux. Il parle d'ailleurs volontiers d'armure pour se protéger de ce déferlement de haine virtuelle. Pour la combattre, Bilal Hassani a choisi une solution radicale : répondre aux auteurs de posts homophobes dans ses vidéos YouTube.

Un cyberharcèlement continu

"Je change à chaque fois de manière de parler des gens qui ne m'aiment pas trop, les haters. Sinon je m'ennuierais. Parfois c'est avec des vidéos, parfois avec des chansons. Je vais reprendre leurs fautes d'orthographe, ce genre de choses", confie-t-il au journaliste Adrien Rohard, venu l'interroger après un concert à l'Hôtel de Ville de Paris. Bilal tient à prendre les choses à la légère, avec beaucoup d'humour. "Bien sûr, il faut [de la gravité pour répondre à ses messages], mais il faut savoir faire les deux. Pour sa santé mentale, il faut savoir passer outre", explique-t-il. Et de rappeler que le cyberharcèlement est puni par la loi. Bilal Hassani explique aussi être déterminé à faire "ce qu'il y a à faire pour se protéger". En attendant, le jeune homme pourra compter sur le soutien de ses fans, nombreux, qui regarderont sa prestation à l'Eurovision, samedi 18 mai.

Bilal Hassani, le 26 janvier 2019, à Paris, lors de \"Destination Eurovision\".
Bilal Hassani, le 26 janvier 2019, à Paris, lors de "Destination Eurovision". (GILLES SCARELLA / FRANCE TELEVISIONS / AFP)