Cet article date de plus de deux ans.

Eurockéennes de Belfort : "La magie d'un festival, cela se passe au-delà des scènes"

La 30e édition des Eurockéennes de Belfort a ouvert, jeudi, la saison des festivals, avec les concerts de Texas, Orelsan, Bigflo & Oli ou encore l'Américain Macklemore. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

La 30e édition des Eurockéennes de Belfort a lancé, jeudi 5 juillet, la haute saison des festivals en France. Les festivaliers viennent y chercher de la musique, une ambiance et la fête. 

Il ne faut pas s'y méprendre, "il y a l'alcool aux Eurock". Certes, il y en a, mais jeudi soir les festivaliers étaient surtout là pour "Orelsan, Texas", lâche un participant. "Macklemore et Orelsan", dit une autre. "Bigflo et Oli, Orelsan, Texas et Beth Ditto", rajoute une troisième festivalière.

Un "transhumance" joyeuse

Il y a trente ans, les rives du Malsaucy accueillaient 10 000 personnes venues voir Noir Désir, Nina Hagen ou Elvis Costello. Cette année, ils devraient être environ 130 000, pour une expérience qui reste la même. "Franchement oui. On vient s'amuser, on est libres. Entre potes, c'est un bon gros délire qu'on se tape tous ensemble", explique un festivalier. Beaucoup sont au camping. "Là, c'est un deuxième festival, c'est un autre monde. C'est l'apéro avec les voisins et c'est bonne ambiance et bon enfant tout le long", assure un festivalier.

C'est toujours le même plaisir pour le directeur des Eurockéennes, Jean-Paul Roland. "La magie d'un festival, l'expérience d'un festival, on voit bien que ça se passe au-delà des scènes. Tout ce que les gens peuvent vivre, la grande transhumance qui arrive, les générations qui se côtoient plutôt joyeusement", explique Jean-Paul Roland. Et puisque les résultats du bac sont affichés ce vendredi, "on ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut passer", lâche un jeune festivalier et ça, de génération en génération ça ne change pas.

L'ouverture des Eurockéennes de Belfort - un reportage de Yann Bertrand
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.