Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : le chanteur Alice Cooper candidat à la présidentielle

Une nouvelle option s'offre désormais aux électeurs américains pour la présidentielle : le hard-rockeur Alice Cooper.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Alice Cooper en concert à New York en août 2015 © AFP/ Grant Lamos)

"Un homme perturbé pour une époque perturbée ", c’est le slogan de campagne du chanteur américain Alice Cooper, 68 ans, qui s'est lancé lundi dans la course à la Maison Blanche.

En octobre 2015, le chanteur avait déjà exprimé ses doutes sur les candidats dans le magazine américain Blabbermouth.

“Quand je pense à Donald Trump et à Hillary Clinton, je me dis que ça va être l’élection la plus drôle de tous les temps. Avec tous les grands esprits des Etats-Unis, c’est vraiment le mieux que l’on puisse faire ?"

Bannir les selfies ou renommer Big Ben comme promesses de campagne

Le site internet dédié à sa campagne montre que le chanteur est assez conscient du peu de chance dont il dispose pour prendre le bureau ovale.

Loin des promesses économiques ou sociales de ces adversaires, Alice Cooper propose d’ajouter sur le Mont Rushmore le visage de Lemmy Kilmister, ancien chanteur et bassiste du groupe britannique Motörhead, mort d’un cancer en 2015, ou de renommer Big Ben "Big Lemmy". Le chanteur veut aussi interdire les discussions au cinéma, bannir les selfies ou rendre obligatoire les porte-gobelets sur les sièges d'avion. Enfin, il propose que le billet de 50 dollars porte l'effigie du comédien Groucho Marx, à la place de celui du président Grant.

Cette campagne a peu de chances d'aboutir, les système américain s'articulant autour des deux grands partis, républicains et démocrates, mais elle est surtout l’occasion pour Alice Cooper de ressortir un de ses hits, Elected , qui s'achève par ces paroles : "Tout le monde a des problèmes... et personnellement je m'en fiche. "

{% embed youtube-playlist PLQ80ZkgY5z9rXjxikDsAiQ-4dhiV3Fpgt" frameborder="0" allowfullscreen> %}  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.