Rave party en Bretagne : un jeune homme perd une main lors d'affrontements avec la police

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Rave party en Bretagne : un jeune homme perd une main lors d'affrontements avec la police
France 3
Article rédigé par
B. Delombre, C. Wormser, G. Sabin, N. Murviedro - France 3
France Télévisions

Les gendarmes ont tenté d'empêcher, vendredi 18 juin soir, des jeunes d'organiser une rave party à Redon (Ille-et-Vilaine), en Bretagne. Des affrontements ont éclaté. Un jeune de 22 ans a perdu une main et cinq gendarmes ont été blessés. Christelle Veillat fait le point.

Les fêtards étaient déterminés à rester, samedi 19 juin, et cherchaient encore à chasser les forces de l'ordre. Le face à face a été tendu, vendredi 18 juin, entre les participants, qui voulaient organiser une rave party à l'hippodrome de Redon (Bretagne), et les gendarmes. La police a répondu aux lancers de projectiles par des gaz lacrymogènes. Malgré les affrontements, certains fêtards ont réussi à installer leur équipement. "Ça va être la guerre pendant trois jours", déplore l'un des participants. 

Une enquête a été ouverte

Vendredi 18 juin, à la nuit tombée, 1500 personnes ont envahi l'hippodrome, entraînant des affrontements avec les forces de l'ordre. Visés par des cocktails molotov, les gendarmes ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Un jeune homme a eu la main arrachée par un objet explosif. "Les gendarmes ont reçu des cocktails Molotov, des boules de pétanque, des morceaux de parpaing et des pétards", a précisé le préfet d'Ille-et-Vilaine, ajoutant que quatre gendarmes ont été blessés, dont deux évacués à l'hôpital de Redon. Les fêtards sont amers ce matin. "On était juste là pour faire la fête", témoigne l'un d'eux. Plusieurs centaines de participants étaient toujours sur place samedi 19 juin dans la matinée.

Sur place pour le JT de France 3, Christelle Veillat fait le point, samedi 19 juin. "Tous les accès sont bloqués par les forces l'ordre, aucune entrée n'est plus disponible", raconte-t-elle. Une enquête a été ouverte et six jeunes interpellés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Electro

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.