Le festival de piano de la Roque d'Anthéron propose une édition riche de 76 concerts malgré les contraintes sanitaires

A partir de vendredi, 80 pianistes français et étrangers vont se succéder durant un mois dans le cadre magique du parc Florans et de sa grande scène sur l'eau, au festival de la Roque d'Anthéron.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le pianiste russe Dmitry Sin joue le 5 août 2019 au festival de piano de La Roque d'Anthéron (Bouches-du-Rhône, France). (GERARD JULIEN / AFP)

Rare grande manifestation culturelle maintenue en 2020 dans un format réduit, le festival international de piano de la Roque d'Anthéron (Bouches-du-Rhône), qui se tient du 23 juillet au 18 août, relève cette année le défi d'offrir au public une programmation étoffée et ouverte à l'international malgré les contraintes sanitaires.

Cette édition de transition devrait faire le plein

"Ce n'est pas encore une version normale", mais la 41e édition du festival "sera plus imposante que la précédente. C'est une année de transition avant, nous l'espérons, de retrouver un fonctionnement sans contrainte", résume auprès de l'AFP le directeur artistique du festival René Martin. "C'est aussi une édition solidaire avec des artistes qui n'ont, pour beaucoup d'entre eux, pas joué en public depuis 10 mois", a-t-il ajouté.

Au total, 76 concerts sont programmés, contre 58 l'an passé et environ 100 en année normale. Les contraintes sanitaires ont conduit les organisateurs à ne mettre en vente que 60% des places (1 200 des 2 000 places du grand auditorium). Quelque 30 000 billets ont déjà été vendus (70% de remplissage en moyenne) à un public impatient de retrouver l'atmosphère magique du parc de Florans, de sa grande scène sur l'eau (montée sur pilotis) couronnée d'une conque, garantissant une acoustique digne des plus grandes salles de concert.

Quatre-vingt pianistes à applaudir

Comme l'an passé, le festival propose trois concerts par jour: une mise en bouche au piano à 10h00 sur la grande scène limitée à 600 places, un interlude à 17h00 avec de la musique de chambre dans une allée de platanes, avant de retrouver le grand auditorium pour le grand concert du soir à 21h00.

Quatre-vingts pianistes sont attendus dont de nombreux solistes étrangers absents l'an passé en raison de la fermeture des frontières. L'école russe sera notamment représentée par Grigory Sololov, Nikolaï Lugansky, Vadym Kholodenko, Pavel Kolesnikov et une découverte et interprète hors norme, Varvara, indique René Martin.

Parmi les artistes français, à noter la présence du jeune prodige Jonathan Fournel, 27 ans, récent lauréat du prestigieux concours Reine Elisabeth, ou le violoniste Renaud Capuçon en duo avec la pianiste Béatrice Rana.

Retour des grandes formations et dialogue avec le public

Les grandes formations font leur retour avec le grand orchestre Sinfonia Varsovia, l'Orchestre de chambre de Paris et l'Orchestre philharmonique de Marseille mais dans une version réduite ne dépassant pas 40 musiciens par formation, pour respecter les distances sanitaires. "C'est ce qu'on appelle un orchestre mozartien", explique René Martin, qui a dû demander la transcription de certaines oeuvres pour les adapter à ces formations réduites.

Enfin, le festival s'offre quelques pas de côté en programmant notamment trois journée découvertes au centre Marcel Pagnol de La Roque avec le pianiste Florent Boffard, autour des compositeurs Tristan Murail, Gilbert Amy et Marco Stroppa. Le public pourra assister aux répétitions et dialoguer avec les compositeurs avant la représentation du soir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Classique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.