Le compositeur polonais Krzysztof Penderecki est mort

Le grand compositeur et chef d'orchestre est décédé à l'âge de 86 ans.

Le compositeur et chef d\'orchestre polonais Krzysztof Penderecki en 2018.
Le compositeur et chef d'orchestre polonais Krzysztof Penderecki en 2018. (JAAP ARRIENS / NURPHOTO)

Le compositeur et chef d'orchestre polonais Krzysztof Penderecki, reconnu comme un des grands compositeurs contemporains et parmi les plus innovants, est décédé dimanche 29 mars à l'âge de 86 ans, dans sa ville natale de Cracovie, ont annoncé les médias polonais.

Penderecki, couronné par de nombreux prix et ayant travaillé avec des orchestres symphoniques tant européens qu'américains pendant sa longue carrière, est décédé des suites d'une longue maladie, selon les médias qui citent l'association Ludwig van Beethoven de Cracovie fondée par son épouse Elzbieta.

Il était quadruple lauréat des Grammy Awards (en 1988, 1999 - dans deux catégories, et en 2017). Grâce à un dégel temporaire du régime communiste en Pologne à l'époque, les oeuvres de Penderecki arrivent à percer le rideau de fer et connaissent un succès international immédiat. Iconoclaste, il fait jouer feuilles de métal, sifflets, morceaux de verre et de métal frottés avec une lime, cliquettes, sonneries électriques, scies, machines à écrire ou sirènes d'alarme.

Compositeur dès l’âge de huit ans

Né en 1933 dans une famille de mélomanes et d’instrumentistes, il a commencé à jouer du piano, puis du violon. Il compose ses premières partitions alors qu’il n’a que huit ans. Ne pouvant approfondir sa pratique du violon pendant la Seconde Guerre mondiale, il écrit ses exercices lui-même avec son professeur pour s’entraîner.

A la fin de la guerre il rejoint le conservatoire de Cracovie, dont il deviendra le directeur en 1972. Il avait auparavant remporté en 1959 le premier prix du concours de composition de Varsovie. Il fondera une Académie européenne de musique portant son nom, autour de son manoir à Luslawice, près de Tarnow, dans le sud-est de la Pologne.

Deux périodes

Rapidement reconnu comme un compositeur majeur de musique sérielle (Strophes, Anaklasis). Il évolue ensuite vers plus de classicisme. Aussi distingue-t-on deux périodes dans son œuvre. Des années 1960 à 1970, il fait usage des instruments classiques comme des percussions, sur un mode atonal et sériel, recourant fréquemment aux glissandos ou aux clusters, et travaille le chromatisme avec audace. Son œuvre s’imprègne par ailleurs d’inspiration religieuse à partir de sa Passion selon Saint-Luc de 1965-66.

Sa seconde période commence à la fin des années 1980, en simplifiant ses compositions, revenant ainsi à plus de classicisme, comme dans son Requiem polonais, renouant même avec la tradition romantique. "Ma musique reste la même. Seuls les moyens (d'expression) ont changé", explique-t-il alors.

Influences sur le rock et la techno

Son influence musicale va jusqu’à l’électro, très inspirée par la musique sérielle, comme le compositeur SebastiAn. En 2011, le vieux maître a noué une coopération avec Jonny Greenwood, leader du groupe rock anglais Radiohead, et le compositeur de musique électronique Aphex Twin, tous deux admirateurs de son oeuvre. Leur rencontre s'est soldée par des concerts et un projet de disque en commun. "Je suis content que des univers musicaux différents aient pu se rencontrer. Et j'ai vu ce jeune public enthousiaste", se réjouit-il.

Des cinéastes majeurs ont également utilisé son œuvre dans leurs films : Wojciech Has (Le Manuscrit trouvé à Saragosse), William Friedkin (L'Exorciste), Stanley Kubrick (Shining), Andrzej Wajda (Katyń) ou Martin Scorsese (Shutter Island).

Botaniste

Amoureux de la botanique, une autre grande passion de sa vie, il plante des labyrinthes dans le jardin de Luslawice, devenu déjà légendaire pour sa composition et sa richesse végétale.

Interrogé sur la place de la botanique dans sa vie, le grand compositeur répondait: "Elle vient en deuxième position, juste après ma petite-fille".