Cannes 2019 : les aventures de Jean-Michel Blais, auteur encore incrédule de la BO du dernier Dolan

A Cannes, les compositeurs de musiques de films sont aussi à l’honneur. Et conçoivent déjà les disques des BO. Rencontre avec Jean-Michel Blais, compositeur pour Xavier Dolan de la musique de "Matthias et Maxime et Edouard Brane, représentant le label Mercury KX. 

Edouard Brane et Jean-Michel Blais devant le Palais des festivals, le 22 mai 2019.
Edouard Brane et Jean-Michel Blais devant le Palais des festivals, le 22 mai 2019. (Lorenzo Ciavarini Azzi/franceinfo Culture)

L’un, Jean-Michel Blais, est pianiste et compositeur, auteur de la bande originale du film de Xavier Dolan, Matthias et Maxime, en compétition officielle à Cannes. L’autre, Edouard Brane, est directeur artistique chez Universal Music. Ce mercredi 22 mai ils sont attablés à une terrasse en face du Palais des festivals.

Même la musique fait des affaires à Cannes

Cannes, c’est cela aussi : la découverte des musiciens qui font les BO, et souvent le développement de contacts constructifs avec des maisons de disque. L’année dernière, Edouard Brane a ainsi signé sur la Croisette, avec Valentin Hadjadj, compositeur de la musique de Girl, film phénomène de Lukas Dhont qui a obtenu la Caméra d’or, et avec Khaled Mouzanar, auteur de la BO de Capharnaüm de Nadine Labaki, Prix du jury du Festival. A la clé, les disques des deux BO respectivement chez Deutsche Grammophon et chez Decca. Rien que ça.

La relation entre Jean-Michel Blais et Edouard Brane repose déjà sur du concret, car un contrat a été signé peu avant Cannes entre le premier et Mercury KX, label britannique d’Universal, représenté ici par le deuxième. L'oeuvre de Xavier Dolan, très suivie au Canada et en France, reste encore largement à faire connaître en Angleterre. "Où il y a tout à faire pour ma carrière !", lance Blais. L’une des missions du label d’Edouard Brane est de servir d’intermédiaire à Londres.

Des improvisations au piano sur Schubert

Une autre sera de travailler, avec les producteurs du film notamment, à ce que contiendra le disque de la BO. "La musique de film est comme une aquarelle qui accompagne, supporte une œuvre. Seule, il lui manque quelque chose", dit Jean-Michel Blais. Surtout, pour l’instant, "ce ne sont que 15 à 20 minutes de musique !", dit humblement le musicien qui n’en revient toujours pas d’être là. 

"La première surprise a été de recevoir un coup de fil un jour de Xavier Dolan qui m’a d’emblée demandé de faire la BO de son prochain film", raconte Jean-Michel Blais. La seconde, d’être invité à venir partager l’aventure de Cannes avec l’équipe du film. Entre les deux, il y a eu la collaboration : une période de cinq séances de travail de deux heures, en six mois. Xavier Dolan a demandé à l’artiste, repéré plutôt pour sa musique post-classique, minimaliste et électronique, de faire des improvisations au piano sur un thème de Schubert.

"Xavier Dolan me chuchotait les didascalies"

"Il s’agit du 2e mouvement de la Sonate en la mineur n°16, D845. La chose amusante est qu’il ait flashé dans l’œuvre de Schubert sur le seul mouvement du compositeur qui soit sous la forme de thème et variations. Incroyable". Dans le film, le piano représente le monde intérieur des deux personnages principaux. "Xavier Dolan était là à mes côtés pendant que je jouais, me chuchotait ses intentions, donnait ses didascalies". Enregistrée, la musique était ensuite diffusée pendant le jeu des comédiens.

A Cannes, Jean-Michel Blais est en compétition pour le prix Cannes Soundtrack de la musique de film. Decca Records France devra faire le pont entre le distributeur, Diaphana Films, le festival et son artiste. Le label d'Edouard Brane le suivra, car le compositeur est désormais propulsé dans la machine médiatique : "j’ai déjà 23 interviews, avant même que la musique soit entendue !", lance-t-il étonné. "Je me sens un peu comme un imposteur dans ce milieu. Mais participer, hier, à une soirée de Cannes avec toute l’équipe du film de Xavier m’a rassuré. Le musicien de la BO, c’est celui que l’on ne voit pas mais qu’on écoute. Etre ici, à Cannes, c’est une reconnaissance".