"Boléro de Ravel", "Bella Ciao", "L'Arlésienne", des cadeaux en musique enregistrés chacun chez soi par les orchestres en télétravail

Bloqués chez eux, les musiciens d'orchestres professionnels nous font cadeau de pièces enregistrées par chacun et savamment montées et mixées. Chapeau.

L\'Orchestre national de France joue le \"Boléro\" de Ravel en confinement
L'Orchestre national de France joue le "Boléro" de Ravel en confinement (CAPTURE ECRAN / YOUTUBE)

En période de confinement, les groupes ou orchestres, amateurs ou professionnels, ne peuvent plus se réunir pour répéter. On voit alors fleurir sur les réseaux sociaux des vidéos réalisées par des musiciens qui jouent ensemble mais chacun chez soi : ils apparaissent sous forme de mosaïque, un casque sur la tête ou des écouteurs dans les oreilles.

Un premier lance une partie, de préférence rythmique, et les autres se filment, dans leur salon, leur cuisine, voire leur jardin, en se calant sur le ou les premiers enregistrements. Puis un montage et un mixage sont effectués à partir des contributions de chacun.

Ce mouvement touche la chanson, les musiques populaires, les musiciens amateurs, souvent éclairés. Les musiciens classiques, notamment les orchestres professionnels, s'y sont mis aussi, et certain nous ont livré des vidéos impressionnantes. Nous en avons sélectionné quelques-unes pour vous.

"L'Ode à la joie" à Rotterdam

Dès le 20 mars, l'Orchestre philharmonique de Rotterdam s'est livré à l'exercice. Après une brève présentation de chacun, une vingtaine de ses musiciens nous jouent l'Ode à la joie de la 9e symphonie de Beethoven.

A Belgrade, "Bella Ciao" en soutien aux Italiens

L'orchestre du Théâtre national de Serbie a aussi été un des premiers à se lancer dans l'aventure. Les musiciens, sous couvre-feu, ont enregistré chacun chez eux leur partie d'un arrangement de la chanson des partisans italiens Bella Ciao, en soutien aux Italiens particulièrement touchés par le coronavirus.

"Boléro" confiné pour l'Orchestre national de France

C'est une des musiques les plus célèbres que l'Orchestre national de France a choisi de jouer ensemble mais à distance, "loin de l'auditorium de la Maison de la Radio" où il répète habituellement. Les cinquante musiciens se présentent chacun leur tour brièvement dans leur décor quotidien avant de se lancer dans le Boléro de Ravel.

Et "Boléro" aussi pour l'Orchestre philharmonique de Nice

C'est le même Boléro qu'interprètent 28 musiciens de l'Orchestre philharmonique de Nice, dans un arrangement du compositeur Pierre Ruscher écrit pour l'occasion. "J'ai enregistré à la caisse claire le fameux ostinato du Boléro de Ravel (la rythmique, ndlr) et chaque musicien a reçu ce rythme, qu'il a pu mettre dans ses oreilles et jouer sa partition sur ce rythme. Ensuite, un collègue de l'orchestre a réalisé le montage", a confié le percussionniste Philippe Biclot à France 3 Provence-Côte-d'Azur.

"L'Arlésienne" de Orchestre national de Lyon

26 des 104 musiciens de l'Orchestre national de Lyon se livrent au même exercice pour interpréter la Farandole de L'Arlésienne de Georges Bizet, "avec les moyens du bord". Au montage, la personne aux manettes s'est amusée à glisser une image quasi subliminale d'un musicien qui se verse un verre de whisky. Avec en prime, à la fin, des bouts d'enregistrements ratés des musiciens en télétravail.

Grieg par l'Arctic Philharmonic

Plus au nord, les cordes de l'Arctic Philharmonic, orchestre norvégien basé à Tromsø, sont bluffants dans leur performance "en mode quarantaine" du prélude de la Suite Holberg de Grieg.

Le "Show" de Samuel Sené avec 135 musiciens

C'est un véritable exploit qu'a réalisé le chef d'orchestre le chef d'orchestre et metteur en scène Samuel Sené. Il a convié 135 musiciens, chanteurs, étudiants, avec qui il a travaillé depuis 20 ans, "dont beaucoup sont issus des nombreuses comédies musicales qu’il a dirigées", rapporte France Inter. Ils interprètent le tube de Queen The Show Must Go On avec Harold Simon au montage et Nicolas Bénier au son.

L'Opéra orchestre de Montpellier nous emmène au Brésil

L'Opéra orchestre de Montpellier nous font voyager au Brésil avec un arrangement de la célèbre chanson Manhã de Carnaval composée par Luiz Bonfá pour le film Orfeu Negro, l'une des premières à faire connaître la bossa nova en dehors du Brésil.

A Angers, les professeurs du conservatoire "toujours ensemble"

"Chacun chez soi mais toujours ensemble", clament les professeurs du Conservatoire à rayonnement régional (CRR) d'Angers. En attendant de retrouver leurs élèves, ils interprètent La Réjouissance, composé par Georg Friedrich Haendel pour accompagner les feux d'artifices royaux.