Jukebox, synthétiseur, lunettes de vue, jeu de poker... : la collection hétéroclite du chanteur Christophe vendue aux enchères

Décédé des suites du Covid-19 en avril dernier, Christophe avait fait de son appartement parisien son studio de création mais aussi un véritable musée. Une partie de ce patrimoine original est mis en vente samedi après-midi sur internet.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le chanteur Christophe dans le studio d'enregistrement de son domicile parisien, en 2013. (JEAN NICHOLAS GUILLO / MAXPPP)

Ils sont là, fièrement dressés, éclairés et en état de marche : les précieux jukebox de Christophe, décédé le 16 avril dernier des suites du Covid-19. Des merveilles mécaniques américaines d'avant guerre que les fans du chanteur pourront tenter d'acquérir samedi 7 novembre lors d'une grande vente aux enchères sur internet. Michel Roudillon, expert en charge de l'opération, a les yeux qui brillent en écoutant les accords de blues s'échapper de l'un de ces vieux appareils de collection : "Christophe était très amateur de cette musique."

Des lunettes pour voir le monde comme Christophe

Michel Roudillon connaissait le chanteur et tous les objets qui peuplaient son appartement parisien depuis 35 ans. Il se souvient de leur rencontre : "C'était en 1985, lors d'une exposition dans laquelle il m'avait rendu visite pour acheter un jukebox. Et depuis cette date, on est restés en contact. Il me sollicitait lorsqu'il avait besoin d'informations, notamment sur le marché, sur les objets qu'il cherchait."

Il y a les photos historiques, les disques d'or, les babioles, les icônes Elvis ou Alan Vega... "Ses lunettes aussi ! C'est incroyable parce que ce sont des lunettes de vue, s'enthousiasme Christophe Roudillon. Chacune de ses paires permet d'avoir son regard sur le monde extérieur. Ça, c'est quelque chose d'assez fascinant". Plongé dans la pénombre, il y a aussi le studio de Christophe, ses machines fabuleuses avec lesquelles il enregistrait la nuit, figeant ici ses derniers albums électroniques. "Il faut savoir que dès la fin des années 60, il travaillait avec du matériel électronique", indique l'expert. 

Il avait un clavier qui était un des tout premiers synthétiseurs. Il l'a conservé toute sa vie. C'est un modèle qu'il a eu juste à la fin des années 60, un Odyssey. 

Christophe Roudillon, expert

à franceinfo

"Il avait cette réputation de vivre la nuit. En fait, c'est parce que la nuit, il se retrouvait dans cette solitude qui lui permettait de créer", affirme Christophe Roudillon. Tout près des tenues de scène du chanteur, ses livres fétiches, sa collection de pin-ups, de shakers, de postes de radio, son matériel de poker... Toute une vie, ses excès et ses lubies accumulées. "Je pense que c'est quelqu'un qui savait aussi se détacher des objets. Ces dernières années, il a privilégié aussi la relation."

Une vente comme un pied de nez

En avril dernier, sa mort des suites du Covid-19 avait suscité une émotion réelle. La maison Cornette de Saint-Cyr, qui organise la vente, n'a pas voulu la reporter. "On trouvait ça terrible que tout s'arrête, encore une fois, à cause de ça, explique Christophe Roudillon. C'est un peu un pied de nez et je pense qu'il aurait apprécié, justement, que l'on aille jusqu'au bout."

Si la vente se fera sans public, on pourra la suivre en ligne, partout et gratuitement. Les trésors de Christophe, visible et dispersés sous les yeux de ses fans. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.