Cet article date de plus de sept ans.

[Interview]: Juliette Gréco "Il faut partir debout, élégant et courtois"

Juliette Gréco donnait en ouverture du dernier Printemps de Bourges le coup d'envoi de sa tournée d'adieux. A cette occasion elle a accordé une longue interview à Michel Vial et Georges Minangoy
Article rédigé par
Michel Vial - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Juliette Gréco  pendant l'interview
 (France3/culturebox)
Cette ultime série de récitals va la conduire en France et dans le monde pendant une année entière, le terme définitif d'une carrière née le 22 Juin 1949 au "Bœuf sur le Toit" à Paris.
En soixante six ans, l'artiste aura réussi à faire passer des chansons du cabaret au music hall. La sauvageonne en pull et pantalon noirs qui provoquait les bourgeois de l'immédiate après guerre a su inventer un personnage qui a représenté la féminité, la séduction et l'élégance.
Avec des chansons écrites par les meilleurs, elle a traversé toutes les modes en conservant l'allure canaille et l'air indiscipliné de ses débuts.
La scène la rendait heureuse, elle constituait sa vitamine et sa raison de vivre, d'où la décision difficile de l'arrêter.
Juliette Gréco a accepté de nous l'expliquer, et de revenir sur son parcours.
"Je veux partir debout !" nous assurait-elle à Bourges, au lendemain du premier concert de cette dernière tournée.

Entretien : Michel Vial - Georges Minangoy

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chanson française

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.