"C'est une figure tutélaire du festival" : au printemps de Bourges, Jacques Higelin célébré par ses enfants

Izïa, Arthur et Ken, les enfants du chanteur disparu il y a un an, ont donné un concert jeudi en hommage à leur père, présent dés la création du festival en 1977. 

Izïa et Arthur Higelin, le 18 avril 2019 au Printemps de Bourges. 
Izïa et Arthur Higelin, le 18 avril 2019 au Printemps de Bourges.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Il fait partie de l’histoire du Printemps de Bourges, présent dès sa création il y a plus de 40 ans. Jacques Higelin était à l’honneur jeudi 18 avril pour la deuxième soirée du festival. Ses enfants Izïa, Arthur et Ken avaient organisé une grande célébration collective, avec des invités, pour faire vivre son œuvre une nouvelle fois. Hors-cadre, hors norme, hors timing, hors tout. C’est bien du Jacques Higelin qui emplissait le Palais d’Auron. Juste avant le spectacle, Arthur H avertissait : "Il ne faut pas que ça soit triste, même si on a le droit de pleurer, de tristesse ou de rire"

Un spectacle vivant au milieu du public

Et des pleurs, il y en a eu sur le visage d’Izïa Higelin, exceptionnelle d’intensité, de justesse et d’émotion, quand sa voix se mêle à celle de son frère. Avec le troisième de la fratrie recomposée, Ken, ils ont imaginé une mise en scène à l’image de ce qu’avait été la célébration au Cirque d’Hiver, pour les obsèques de leur père il y a pile un an, la scène, au milieu du public : "Être au milieu des gens, qu'on entoure Jacques et que ça soit moins formel aussi qu'un spectacle classique", explique Izïa.

De toute façon il aurait adoré qu'on chante ses chansons pendant une heure et demieIzïa Higelin

Jeanne Added, Jeanne Cherhal, Mathieu Amalric, Camille, les invités de la famille étaient sur le même ton, même foutraque ou désordonné, le spectacle était vivant. Rodolphe Burger était là aussi. "C'est l'histoire même de ce festival donc ça s'impose d'autant plus", explique le chanteur. "Et puis c'est pas banal de pouvoir participer à un hommage avec les enfants de Jacques, c'est quand même extraordinaire d'avoir une progéniture pareille, en tout cas ils ont amené [le spectacle] là ou il fallait l'amener, du côté de la vie".

"Continuer à chanter ses chansons"

Forcément le directeur du Printemps de Bourges Boris Vedel était ému. "Jacques Higelin au printemps de Bourges c'est une figure tutélaire, c'était un artiste qui était là en 1977, c'est lui qui a réintroduit devant le public de Bourges qui étaient à ce moment là des punks, la chansons alternative", explique-t-il. 

Le printemps de Bourges c'est chez lui donc naturellement ses enfants sont chez eux au printemps de BourgesBoris Vedel, directeur du Printemps de Bourges

Et pour Izïa, maîtresse d’une cérémonie belle et sans égale, la joie c'est d’avoir fait vivre des mots : "Ce qui me fait avancer et de me dire qu'il faut faire les choses c'est parce que je me dis qu'il aurait aimé ça, c'est trop important de continuer à chanter ses chansons, c'est trop important de le célébrer, d'être ensemble, de penser à lui, que les gens pensent à lui", souligne-t-elle. Évidemment c'est l'amour, la mort, la vie, qui sont à la base de tout. L’amour, la mort, la vie, en chansons, comme Jacques Higelin l’a voulu toute sa vie. 

Le reportage de Yann Bertrand avec les enfants de Jacques Higelin au Printemps de Bourges
--'--
--'--