Avec le déconfinement, les musiciens se pressent dans le studio d'enregistrement de Julien Lebart, le pianiste de Cali

Le studio d'enregistrement créé par Cali et son pianiste Julien Lebart à Rivesaltes ne désemplit pas depuis le début du déconfinement : un retour au vivre ensemble qui fait du bien. 

Le Lisa jazz trio dans le studio d\'enregistrement JDH à Rivesaltes
Le Lisa jazz trio dans le studio d'enregistrement JDH à Rivesaltes (France 3 Languedoc-Roussillon)

Après deux mois sans une note qui résonne, le studio d'enregistrement de Julien Lebart, situé à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), reprend enfin vie. Parmi les musiciens heureux de reprendre une activité, le gérant des lieux, qui est également le pianiste de Cali. Il enregistre de nouveaux titres avec son groupe le Lisa jazz Trio, qui a sorti un premier album en 2018.  

Parmi les premiers à reprendre le chemin des studios, le groupe originaire de Perpignan, les Al Chemist. Il faut dire qu'ils ont eu un confinement prolifique. "J'ai beaucoup écrit, des chansons, des mélodies" se confie le chanteur Hugues Di Francesco. "Du coup, on s'est retrouvé avec beaucoup de morceaux. Là, on vient d'enregistrer un titre, La vie est belle, une chanson du déconfinement". Dans ce lieu, fondé en 2007 par le chanteur Cali, son pianiste Julien Lebart et leur manager Bruno Buzan, des grands noms de la chanson et d'autres artistes moins connus défilent. Tous ont en commun cette soif de musique après des mois difficiles et un avenir encore incertain pour beaucoup d'entre eux. 

L'agenda des concerts se remplit de nouveau

Bonne nouvelle pour Julien Lebart et ses comparses du Lisa jazz trio, l'agenda des concerts se remplit de nouveau. "C'est une bonne surprise que d'entendre le téléphone sonner" raconte le pianiste. Des mairies et des organisateurs privés les sollicitent pour des dates qui avaient été annulées ou reportées. "On est très contents, c'est un frémissement qui nous fait vraiment plaisir". A Rivesaltes, le studio d'enregistrement vibre de nouveau. Les groupes reprennent peu à peu leurs habitudes et espèrent que ce frémissement des concerts se transformera vite en tourbillon.