Ce que l'on sait de la fusillade sur le tournage d'un clip de Booba à Aulnay-sous-Bois

Une personne a été blessée par balles lors d'une fusillade à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) à la fin du tournage d'un clip du rappeur.

Le rappeur Booba, le 8 juillet 2017 à Belfort (Territoire de Belfort).
Le rappeur Booba, le 8 juillet 2017 à Belfort (Territoire de Belfort). (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Cette fois-ci, les coups de feu étaient bien réels. Des hommes ont ouvert le feu, mardi 20 août, sur le tournage d'un clip du rappeur Booba à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Trois personnes ont été blessées, dont une par balles, dans cette mystérieuse attaque qui n'a pas été revendiquée. Franceinfo fait le point.

Une dizaine de personnes armées de battes de base-ball et d'armes à feu

Il était environ minuit lorsque des coups de feu ont éclaté dans une zone industrielle d'Aulnay-sous-Bois. L'équipe du rappeur achève le tournage du clip de Glaive, le dernier son du "Duc de Boulogne". "Une dizaine de gamins sont arrivés et ils ont tiré partout", a raconté un proche de Booba au Parisien. Ibrahim W, un proche du rappeur surnommé Ibou, est touché à la cuisse à quatre reprises. Deux autres participants, le réalisateur Chris Macari et un technicien, sont roués de coups. Aucun pronostic vital n'est engagé.

Booba avait déjà quitté les lieux au moment des faits. Sur le terrain où avait lieu le tournage, des bouteilles de whisky vides, des paquets de cigarettes écrasées et des dizaines de résidus de fumigènes étaient visibles sur le sol au lendemain de l'attaque. On trouvait aussi plusieurs cartes de visite noires siglées "La Piraterie", pouvant faire référence aux fans de Booba surnommés les "pirates". Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête, confiée à la sûreté territoriale. Aucune interpellation n'a été effectuée, mais plusieurs auditions de personnes présentes ont eu lieu mercredi, a indiqué une source proche de l'affaire.

Booba accuse Kaaris sur Instagram

Sur le réseau social Instagram, où il compte 4,2 millions d'abonnés, Booba a réagi mercredi en postant une vidéo où il apparaît l'air moqueur et les yeux écarquillés, devant un écran de télévision rapportant l'attaque. "Armaaaand, c'est noir tout ça", lâche-t-il rigolard, en interpellant le rappeur Kaaris par son deuxième prénom à l'état civil. Selon les premiers éléments de l'enquête, rien ne permet cependant de relier l'attaque au rival de Booba, précise une source proche du dossier à franceinfo.

Capture d\'écran du post Instagram où le rappeur Booba réagit à la fusillade contre son équipe.
Capture d'écran du post Instagram où le rappeur Booba réagit à la fusillade contre son équipe. (BOOBA / INSTAGRAM)

Kaaris et Booba sont en froid depuis plusieurs années. Circonscrite jusque-là à des échanges sur les réseaux sociaux et à des paroles de chanson, leur rivalité a fait une entrée fracassante dans la rubrique faits divers le 1er août 2018. Ce jour-là, une rixe violente oppose les deux clans à l'aéroport d'Orly sous les yeux des passagers ébahis. Blessé à Aulnay-sous-Bois, Ibou faisait partie des protagonistes de cette bagarre. Les deux stars avaient été condamnées à 18 mois de prison avec sursis et 500 000 euros d'amende pour cette bagarre. Un hypothétique "match retour" sous la forme d'un combat d'arts martiaux mixtes est depuis annoncé entre les deux hommes.

La piste du motif crapuleux

Selon nos informations, le principal objectif des assaillants était en fait plus banal. Ils projetaient de voler du matériel et surtout les bandes vidéos du clip que venait de tourner Booba.