Revivez le concert de Noël donné par la légende brésilienne Caetano Veloso

En France, le live stream du chanteur brésilien a lieu eu dans la nuit du 19 au 20 décembre, et est toujours disponible sur YouTube.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Caetano Veloso sur scène le 26 juillet 2018 à San Sebastian, en Espagne, au Jazzaldia Festival (JAVIER ETXEZARRETA / EFE / MaxPPP)

Dans la nuit du 19 au 20 décembre, Caetano Veloso, 78 ans, a chanté à l'occasion d'un livestream retransmis sur YouTube, intitulé "Vai ter Natal" (littéralement, "il va y avoir Noël"). Depuis quelques semaines, les fans du chanteur étaient invités à demander des chansons qu'ils aimeraient entendre par l'intermédiaire du mot-dièse (hashtag) #LivedoCaetanodeNatal sur les comptes Facebook, Instagram et Twitter du chanteur. Les titres les plus demandés ont été intégrés au tour de chant.

Le concert commence à la 26e minute de la vidéo

Caetano Veloso avait déjà donné un concert gratuit pour son 78e anniversaire, le 7 août dernier, accompagné par ses trois fils Moreno, Zeca et Tom, également musiciens. Un moment intimiste et décontracté, immortalisé à Rio de Janeiro, dans le salon du chanteur natif de l'État de Bahia. Mais ce live, hébergé par le réseau Globo, s'avérait compliqué d'accès hors de son pays. Les internautes vivant loin du Brésil n'avaient pu le regarder qu'au moment de sa retransmission en direct, tard dans la nuit, et moyennant une inscription à la plateforme Globoplay. Le replay n'a jamais été accessible hors du Brésil. Cette fois, tous les fans de Caetano Veloso devraient pouvoir profiter de sa poésie et de sa voix hors pair.

Un nouveau clip pour la chanson d'un film de 2003

Samedi, le 19 décembre, le chanteur brésilien s'est produit seul, avec des interventions ponctuelles de ses fils durant du concert. Il a interprété à cette occasion une chanson extraite de la bande originale d'un film, Lisbela e o Prisioneiro, sorti en 2003 et réalisé par Guel Arraes. Le clip de Você não me ensinou a te esquecer, dévoilé le 14 décembre, vise à célébrer l'arrivée de l'ensemble de la bande-originale du film sur les plateformes numériques.


Concernant le live du 7 août 2020, on n'en trouve aujourd'hui que des bribes sur YouTube et les réseaux sociaux, dont un duo émouvant entre un Caetano Veloso presque timide, peut-être hésitant sur les paroles, et son fils Tom. Ils interprètent ensemble Talvez, une chanson cosignée par Tom Veloso et Cézar Mendes.


En ces temps tourmentés pour le Brésil, chaque performance musicale de Caetano Veloso est un événement. L'auteur-compositeur de Coração Vagabundo s'est fait désirer plusieurs mois avant de céder une première fois aux sollicitations de ses admirateurs qui lui réclamaient un concert en live stream. Les messages de ses fans étaient transmis au chanteur par son épouse Paula Lavigne qui filmait ses réactions à leurs discussions et postait des vidéos improbables sur les réseaux sociaux. On y voyait un Caetano Veloso parfois en pyjama, enfoncé dans son canapé jaune, ou sur son lit, à déguster des paçocas, des friandises du Brésil, pas très motivé à l'idée de chanter seul dans son salon... Le canapé jaune est probablement devenu l'un des plus célèbres du Brésil. L'épouse de la star continue de le filmer, tantôt découvrant des demandes de chansons, tantôt s'entraînant consciencieusement pour son live...

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Caetano Veloso (@caetanoveloso)

Entre ses deux concerts sur internet, Caetano Veloso, qui ne cache pas son hostilité au gouvernement d'extrême droite du président Jair Bolsonaro, a été célébré en septembre à la Mostra de Venise où le documentaire Narciso em Férias, retraçant ses semaines de détention en 1968 sous la dictature militaire, a été projeté.

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses stars de la musique brésilienne chantent chez elles pour leurs fans ou proposent des concerts en ligne, comme Gilberto Gil, à deux reprises (dont un show disponible sur france.tv jusqu'au 23 février 2021) et Milton Nascimento. Sous la mandature de Jair Bolsonaro qui se refuse à instaurer des mesures sanitaires restrictives, le Brésil est devenu l'un des pays les plus endeuillés au monde par la pandémie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.